Après Free et SFR, c'est au tour de Bouygues Télécom de se rapprocher de France Télécom pour déployer les réseaux de fibre optique. Selon l'accord révélé cette semaine, les deux opérateurs vont coordonner l'installation du très haut débit. Près de 10,7 millions de logements sont concernés par le partenariat entre les deux FAI.

Face aux investissements colossaux que requièrent les réseaux en fibre optique, les principaux opérateurs ont décidé de se coordonner et d’agir de concert pour optimiser le déploiement du très haut débit dans l’Hexagone. C’est ainsi que France Télécom, après avoir signé des accords avec Free et SFR, vient de conclure un partenariat avec Bouygues Télécom.

Dans un communiqué, l’opérateur historique fait savoir que le partage des réseaux FTTH déployés sur le territoire national agit à deux niveaux. Dans les zones très denses, soit les 148 communes les plus densément peuplées, France Télécom fournira à Bouygues Télécom « une prestation de partage de ses réseaux en fibre optique sur le segment qui dessert les immeubles« .

Autrement dit, Bouygues Télécom aura accès au segment se trouvant entre le répartiteur et les immeubles. Selon les estimations des deux entreprises, environ 1,7 million de logements sont concernés. « Il appartiendra à Bouygues Telecom d’accéder aux immeubles en y déployant ses propres réseaux ou en souscrivant aux offres de mutualisation disponibles » est-il expliqué dans le communiqué de presse.

Du côté des zones peu ou moyennement peuplées, Bouygues Télécom « a souscrit l’offre de mutualisation de la partie terminale des réseaux FTTH de France Télécom-Orange« . Cela permettra à l’opérateur d’accéder potentiellement à 8,9 millions de foyers. Au total, le fournisseur d’accès à Internet pourra accéder en théorie à 10,7 millions de logements.

Bouygues Télécom est le troisième opérateur à passer un tel accord. Free avait été le premier à s’accorder avec France Télécom pour financer cojointement les réseaux de fibre optique, même si l’accord signé en juillet 2011 est plus mesuré. En effet, il ne concerne qu’une soixantaine d’agglomérations situées en dehors des zones très denses. Ces villes représentent environ 5 millions de logements.

Soucieux d’optimiser le déploiement du très haut débit, France Télécom et SFR ont également conclu un accord en novembre 2011. L’objectif des deux firmes est de se répartir la tâche en évitant que des projets de câblage ne se recoupent, afin de maîtriser les dépenses d’un tel chantier. Le partenariat concerne pas moins de 10 millions de foyers français.

Selon les objectifs fixés par le gouvernement au début de l’année 2010, les opérateurs devront raccorder près de 70 % de la population aux réseaux de fibre optique en 2020. Ensuite, ils auront cinq ans de plus pour faire basculer les derniers foyers dans le très haut débit. Un calendrier assez serré, qui nécessite une certaine coordination entre opérateurs.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés