Nous apprenions hier que LimeWire filtrerait désormais le partage de fichiers MP3. La communauté open-source n'a pas tardé à réagir en lançant un projet de spinoff baptisé FrostWire.

En menaçant chacun des éditeurs de logiciels de P2P, la >RIAA espérait certainement porter un coup aux échanges de fichiers musicaux sur Internet. Elle a réussi de nombreuses fois à enterrer des logiciels jusqu’aux plus réputés. On se souvient bien sûr de Napster, qui restera à jamais le premier des logiciels de P2P, mais nous pensons également à Audiogalaxy, ScourExchange, Aimster, … et plus récemment Grokster, Morpheus, et certainement Kazaa.

WinMX lui aussi a visiblement fait les frais des menaces récemment portées contre son éditeur, tandis que LimeWire a choisi de faire profil bas en répondant à chacune des exigences du cartel américain.

Hier, nous apprenions ainsi que les versions 4.9.30 et suivantes de LimeWire filtrent le partage de fichiers MP3 de façon à ne laisser en partage que ceux dont une licence officielle est attachée au fichier. Il est encore possible de télécharger de la musique chez les utilisateurs qui font tourner des versions 4.9.29 ou d’autres clients Gnutella. Mais à mesure que les mises à jours vont se répandre, le nombre de fichiers MP3 disponibles sur le réseau va s’effondrer, ruinant sans doute la réputation que commençait à acquérir un réseau ravivé depuis deux ans sous les efforts de LimeWire et de BearShare.

Plus la RIAA combat, plus elle perd

D’où une réaction qui n’a pas tardé à arriver de la part des amateurs de Gnutella et des contributeurs de LimeWire, dont le code source était librement distribué par l’éditeur. Immédiatement, un projet dérivé de LimeWire a vu le jour, nommé FrostWire. Il ressemblera probablement comme deux gouttes d’eau à LimeWire, le filtrage en moins.

Tous ses membres, qui disent « regretter la décision de LimeWire de commencer à filtrer le contenu sur Gnutella« , continueront malgré tout à participer au développement du client officiel, auquel FrostWire devrait beaucoup ressembler. L’équipe annonce que leur logiciel ne rompra pas avec la philosophie de LimeWire, mais contrairement à ce dernier, aucune version PRO ne sera proposée. FrostWire restera un projet à but non lucratif, sans publicité.

La première version de FrostWire est annoncée pour la mi-octobre, tandis que l’ensemble du site web et des différentes versions du logiciel sont prévus pour le mois de décembre.

Voilà donc ce qu’a une nouvelle fois réussi à faire la RIAA : provoquer la naissance d’un logiciel plus séduisant pour les utilisateurs, et probablement fort d’un esprit communautaire renforcé.

« D’abord ils vous ignorent, puis ils vous rient au nez, ensuite ils vous combattent, et alors vous gagnez » (Gandhi)

(merci à Miyafan pour l’information)

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés