Une étude réalisée entre juillet 2010 et août 2011 montre que les opérateurs ont dû débourser plus de 2 milliards de dollars pour réparer les téléphones équipés d'Android, le système d'exploitation mobile de Google. En cause : les appareils low-cost qui inondent le marché.

WDS, cabinet d’étude anglais, a publié ce jeudi un rapport sur le coût de réparation des smartphones pour les opérateurs, classés par système d’exploitation. En analysant plus de 600 000 appels passés aux supports des opérateurs dans le monde, il s’avère que c’est Android qui leur coûte le plus cher. La facture s’élèverait même à plus de deux milliards de dollars pour l’année passée.

« Le déploiement de plus de 25 fabricants low-cost sur le marché amène à un taux de défauts sur les appareils très élevé, ce qui entraîne des frais de retour et de réparation » explique WDS. 12,6 % des appels passés aux centres techniques des opérateurs concernant Android avaient pour objet un défaut technique.

« Nous insistons sur le fait que ce n’est pas la plateforme Android qui est en cause. Son ouverture a permis à un écosystème de grossir très vite et l’expérience utilisateur des utilisateurs est très différente en fonction de l’appareil utilisé. Cela devrait être pris en compte lors de la vente des téléphones » explique le rapport de WDS.

L’étude, qui a été réalisée entre juillet 2010 et août 2011 en Europe, Amérique du Nord, Afrique du Sud et Australie, donne également des chiffres pour les autres systèmes. 9,3 % des appels concernant Windows Phone sont liés à des problèmes techniques, 8 % de ceux concernant iOS et 5,5 % pour les BlackBerry.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés