Owni révèle que des fournisseurs d'accès à internet songent à imposer des plafonds de consommation de bande passante, ce qui mettrait fin à l'illimité sur l'internet fixe. Orange a confirmé, pour les cas marginaux.

Il y a trois ans, nous avions prévenu que « les jours de l’internet illimité sont comptés« . Depuis, force est de constater que notre prédiction ne s’est pas réalisée. Mais voilà que la possibilité d’une mort des forfaits illimités refait surface, via un document révélé par Owni, issu de la Fédération Française des Télécoms.

« Un document de travail de cette organisation, qui regroupe notamment France Telecom, Bouygues et SFR, et dont OWNI s’est procuré une copie, suggère en effet l’instauration de nouveaux forfaits comportant ‘débit IP maximum’ et ‘plafond de consommation’… le tout ‘pour le fixe’« , rapportent nos confrères.

Le document daté du 21 juillet était destiné à être envoyé à l’Arcep en réponse à sa consultation publique sur la neutralité des réseaux. Puisque l’un des axes dégagés par le régulateur est d’améliorer la transparence à l’égard des consommateurs, la FFT émet comme proposition de communiquer aux consommateurs « un tableau récapitulatif sur les usages autorisés, limités, bloqués, ou non autorisés contractuellement dans leurs offres d’accès à Internet« . Lequel tableau prévoit une éventuelle « limitation de téléchargement par session », un « plafond de consommation », et la conséquence en cas de dépassement, par une déclinaison de gammes de forfaits.

En premier aperçu, on se dit qu’Owni surinterprète ce qui n’est qu’un scénario envisagé pour des raisons juridiques, mais inenvisageable sur le plan commercial. Sauf que. Orange ne dément pas, et même confirme. « Oui, il y a certains forfaits sur lesquels on risque de mettre des seuils« , concède Jean-Marie Culpin, porte-parole de France Télécom. « S’ils ne concernent qu’ 1 % des gens qui downloadent des films toute la journée, alors c’est envisageable. C’est inacceptable si cela impacte davantage de clients« .

Et bien sûr si ces clients préfèrent aller sur la TV et la VOD d’Orange plutôt que sur celle des concurrents lorsqu’ils ne pourront plus télécharger de façon illimitée, l’opérateur ne s’en plaindra pas.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés