Frédéric Mitterrand a estimé mardi matin sur Europe 1 qu'abroger la loi Hadopi, comme le promet notamment le Parti Socialiste, serait "une folie" et quelque chose de "totalement absurde".

Frédéric Mitterrand était l’invité politique d’Europe 1 ce mardi matin. Le ministre de la Culture, invité à réagir à la promesse du Parti Socialiste d’abroger la loi Hadopi, a estimé que ce serait « une folie ».

« Abroger la loi Hadopi c’est une folie, au moment-même où les Etats-Unis, état libéral s’il en est, sont en train de créer leur propre système Hadopi. Il y a eu un accord signé la semaine dernière entre les principaux fournisseurs d’accès à Internet, et les syndicats de créateurs« , a-t-il estimé. L’accord américain en question, signé en fait il y a quinze jours, prévoit effectivement une riposte graduée, mais fortement allégée par rapport à la formule française. Il y a aura 6 avertissements au lieu de 3, et aucune suspension de l’accès à Internet. Les FAI pourront en revanche brider l’accès, ou renvoyer l’internaute vers une page d’accueil explicative.

« J’étais avec les cinéastes américains il y a deux mois, à Hollywood – excusez du peu, et bien je peux vous dire qu’à la Guilde des Cinéastes, ils étaient tous pro-Hadopi. Ils suivent avec beaucoup d’attention ce que nous sommes en train de faire », a-t-il ajouté.

Le ministre assure que « c’est pareil en Espagne« , où le projet de loi Sinde a pourtant du plomb dans l’aile, et ce d’autant plus depuis le scandale qui secoue la Sacem espagnole. « C’est pareil en Angleterre« , affirme aussi Frédéric Mitterrand, qui a récemment reçu son homologue britannique pour lui vanter les mérites de l’Hadopi. En attendant, la riposte graduée britannique est suspendue au résultat des actions judiciaires entamées par les FAI pour lui faire obstacle.

« Au moment où le système Hadopi est en train d’être repris par tout le monde, je trouve que c’est vraiment totalement absurde« , conclut le ministre, sans réaliser que cette phrase, prise isolément et au premier degré, est d’une terrible vérité.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos