Au cours d'un déplacement en France, le ministre de la culture, de la communication et des industries créatives britannique s'est rendu dans les locaux de la Hadopi. L'occasion pour lui de prendre connaissance des différents dossiers, allant du déploiement de la riposte graduée aux premiers résultats, en passant par le label PUR et le processus de labellisation.

La Hadopi poursuit ses efforts d’évangélisation. Après avoir sensibilisé les magistrats du parquet de Paris au mécanisme de la riposte graduée, la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet a annoncé dans un communiqué de presse avoir reçu mardi le ministre britannique de la culture, de la communication et des industries créatives, Ed Vaizey.

L’homologue britannique de Frédéric Mitterrand a ainsi pu « échanger sur la réponse gradée, son déploiement et ses effets » sur le téléchargement illégal en France. Le label PUR (Promotion des Usages Responsables) lui a également été présenté lors de sa visite dans les locaux de la Haute Autorité. Le communiqué ne dit pas si Ed Vaizey a pu voir les désormais fameux trois spots TV de la campagne de communication de la Hadopi.

Le communiqué précise enfin que les échanges entre le ministre britannique et la Haute Autorité « ont également porté sur les travaux en cours des Labs ainsi que les deux enquêtes barométriques intitulées ‘Hadopi, biens culturels et usages d’internet : pratiques et perceptions des internautes français‘ ». Une étude qui, contrairement à la version partielle, révèle un panorama des usages et des comportements beaucoup plus nuancé.

La visite d’Ed Vaizey nous rappelle qu’en dehors de la France, il y a un autre pays qui s’intéresse de très près à la riposte graduée. En effet, le texte de loi Digital Economy Act contient des dispositions permettant la mise en place d’une échelle de sanctions au Royaume-Uni. Le sujet fait polémique, deux fournisseurs d’accès à Internet ont d’ailleurs tenté d’invalider, sans succès, ce mécanisme en saisissant la Haute Cour de justice.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés