Les Universités américaines sont les plus gros foyers de piratatage de musique au monde, avec des infrastructures techniques qui permettent à tous les étudiants de télécharger en masse à des vitesses que jalouseraient les plus dotés des étudiants français. Mais avec la politique de la Terreur appliquée par l'industrie du disque aux Etats-Unis, les Universités veulent maintenant montrer patte blanche. Dell en profite pour en faire un atout marketing pour ses serveurs, en s'alliant à Napster...

Le jugement de la Cour Suprême dans la désormais célèbre affaire MGM c. Grokster a conclu que les logiciels de Peer-to-Peer étaient légaux, tout comme leur distribution. La nouvelle fut excellente pour les éditeurs, mais les conclusions des juges ont tout de même inquiété beaucoup d’acteurs. Désormais, si l’on fait la promotion d’un service qui facilite le téléchargement de musique ou de films, il faut faire bien attention à ne pas encourager explicitement à des actes qui pourraient violer le droit d’auteur.

Les Universités américaines ont depuis longtemps déjà compris qu’il était de leur intérêt de se lier à des services légaux de musique en ligne pour les proposer à leurs étudiants. Treize ont déjà signé un accord priviligié avec la version légale de Napster. Elles se déchargent ainsi de toute responsabilité vis à vis des actes de piratage que pourraient continuer de perpétrer ses futurs diplômés.

Fleurant la bonne occasion, Dell s’est allié à Napster pour séduire les administrateurs des Universités. Le fabricant d’ordinateurs propose désormais un pack qui permet d’accéder en réseau interne à tout le catalogue de Napster, stocké sur des serveurs Dell PowerEdge 1855. « Les universités vont pouvoir utiliser les serveurs pour stocker de la musique du catalogue de Napster en local, tout en permettant au temps de transport réseau de rester rapide pendant que des centaines d’étudiants téléchargent simultanément de la musique« , explique l’agence Reuters.

Dell peut ainsi aller voir les universités et les convaincre d’acheter leurs beaux serveurs tout neuf, parce qu’ils ont l’avantage de remettre en plus les étudiants sur le droit chemin… Ils n’auront de toute façon pas le choix puisque tous paieront l’abonnement à Napster avec leurs frais de scolarité, en tant que service de base.

L’Université de Washington a d’ores et déjà été séduite par le pack, qui sera disponible à l’automne prochain.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés