Google n'en a pas fini avec Street View. Après la France, la Suisse et les Pays-Bas, c'est au tour de la justice belge de s'intéresser au service de navigation virtuelle. Une plainte a été déposée par la Commission de la protection de la vie privée auprès des tribunaux belges.

Les ennuis de Google se poursuivent en Europe. Condamné en France à une amende de 100 000 euros, Street View est également menacé aux Pays-Bas où le service de navigation virtuelle risque une amende d’un million d’euros. Cette fois, c’est au tour de la Belgique d’agir. Le porte-parole du parquet fédéral belge a annoncé avoir ouvert une enquête suite à la plainte déposée par la Commission de la protection de la vie privée (CPVP).

« Nous estimons que Google a commis une infraction flagrante à la loi sur la protection de la vie privée » a commenté l’un des responsables de la CPVP, cité par le quotidien flamand De Morgen. Comme dans les autres cas en Europe et dans le monde, la CPVP pointe du doigt la collecte de nombreuses informations personnelles transitant sur les réseaux WiFi, à l’insu de leurs propriétaires.

Google Belgique, face à l’action en justice qui se profile, a présenté ses excuses aux Belges. « Nous sommes désolés d’avoir rassemblé, de manière involontaire, des données provenant de réseaux WiFi non sécurisés. Dès que nous avons réalisé ce qui se passait, nous avons interrompu l’activité de nos voitures Street View et nous avons informé les autorités« .

« Nous n’avons ni visionné ni utilisé ces données pour des produits ou services de Google. Nous sommes en contact avec les autorités belges et continuerons de répondre à toutes leurs questions » a poursuivi l’entreprise américaine, en difficulté depuis l’année dernière avec Street View. L’Allemagne avait révélé que les voitures utilisées dans le cadre de la cartographie des villes enregistraient également des informations diffusées en WiFi.

Début février, le tribunal administratif fédéral de Berne avait ordonné à Google d’améliorer drastiquement les filtres utilisés dans le cadre du floutage des visages et des plaques d’immatriculation.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés