Après la CNIL, c'est au tour de son homologue néerlandais de s'en prendre à Google Street View. L'autorité de contrôle reproche à la firme américaine d'avoir collecté sans autorisation des informations WiFi issues de plus de 3,6 millions de routeurs. Google doit rectifier le tir sous trois mois, sous peine de devoir payer une amende d'un million d'euros.

Un an après le début de la polémique, Google Street View continue d’agiter les autorités de contrôle de la protection des données. Alors que la CNIL a condamné Google à une amende de 100 000 euros, c’est au tour des Pays-Bas de monter au créneau contre le service de navigation virtuelle. La Dutch Data Protection Authority (DDPA) menace l’entreprise américaine d’une amende d’un million d’euros.

« Les investigations menées par le DDPA montrent que Google a, pendant une période de deux ans, systématiquement et à l’insu des personnes concernées recueilli les adresses MAC de plus de 3,6 millions de routeurs WiFi, en plus de leur géolocalisation » a fustigé ce mardi l’autorité de contrôle néerlandaise, membre du groupe de travail européen Article 29.

La DDPA a exigé en réaction que Google contacte sous trois mois toutes les personnes concernées par cette collecte. L’autorité ne donne pas d’indications précises sur la manière de procéder, laissant à Google la possibilité de passer par les médias locaux pour toucher rapidement un maximum de monde.La société américaine devra également fournir une page sur laquelle il sera possible de de sortir (opt-out) du programme.

Pour mémoire, l’enquête menée en France par la CNIL a révélé que les Google Cars n’avaient pas enregistré que des données techniques (identifiants SSID, adresses MAC) liées aux réseaux WiFi. Des informations personnelles transitant sur des réseaux non protégés avaient également été capturées par Google : sites web, mots de passe, courriers électroniques, requêtes en ligne.

Si Google refuse de suivre les directives de la DDPA, l’entreprise s’expose donc à une forte amende. L’entreprise pourra néanmoins faire appel.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés