Cette semaine, l'ICANN autorisera peut-être la création d'un domaine de premier niveau pour adultes. Jusqu'à demain, l'organisme tient son 40ème sommet à San Francisco. L'industrie pornographique, première concernée par ce sujet, est très divisée sur un éventuel domaine en .xxx.

Mise à jour : dans un vote très serré, le Board de l’ICANN a voté vendredi soir en faveur de la création d’un domaine .XXX, qui sera réservé aux contenus pornographiques.

Article du 17 mars 2011 – Depuis le samedi 12 mars, San Francisco accueille le 40ème sommet de l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN). Comme à chaque fois, il sera question de la création et de l’évolution des noms de domaine. Des décisions sont parfois prises, comme l’autorisation l’année dernière d’utiliser des caractères arabes pour écrire les domaines de premier niveau.

Alors que le sommet de l’ICANN prend fin demain vendredi, le site Politico pense que les partisans d’un domaine de premier niveau dédié aux sites pour adultes vont enfin obtenir gain de cause. Jusqu’à présent, ils butaient surtout contre la prudence du comité consultatif gouvernemental, une instance regroupant les représentants de plusieurs pays du monde. Certains pays comme l’Arabie saoudite, le Brésil et l’Iran n’y sont en effet pas favorables.

Si l’arrivée d’un domaine en .xxx divise les membres du comité, elle ne fait pas pour autant l’unité de l’industrie pornographique. La Free Speech Coalition (FSC), un regroupement de professionnels du secteur, s’oppose ainsi vigoureusement à la création de ce domaine de premier niveau. Selon cette coalition, un domaine en .xxx générera des problèmes en cascade.

La FSC évoque des frais en hausse pour les webmasters, mais aussi une censure plus active d’États répressifs, une fragmentation inutile du web et un domaine de premier niveau beaucoup trop facilement identifiable pour les mineurs. Par ailleurs, la FSC craint qu’ICM Registry, la société à l’origine de la demande d’un domaine en .xxx, ne se retrouve en position de force face à l’industrie pornographique.

Un avis que ne partage pas le directeur d’ICM Registry. « Un nom de domaine exclusif aux divertissements pour adultes a l’avantage de permettre un meilleur contrôle sur les contenus et, par ailleurs, pour chaque page qui sera ajouté au domaine nous allons donner 10 dollars pour financer des initiatives visant à protéger les enfants » avait-il déclaré en décembre dernier, précisant que l’entreprise vendra chaque domaine 60 dollars.

Du côté politique, la création d’un nom de domaine permettrait à l’ICANN de démontrer sa (relative) indépendance du pouvoir américain. Si l’organisme, sous contrat avec le département du commerce des États-Unis, s’est dégagé de l’influence américaine ces dernières années, d’aucuns pensent que le gouvernement a encore la main sur l’ICANN. Une impression renforcée par les pressions de l’administration Bush, suite aux protestations de groupes conservateurs et religieux.

C’est pour cette raison que l’administration Obama n’a pas pris publiquement position sur cette question. Politico indique d’ailleurs que la porte-parole du département du commerce a déclaré « qu’il est prématuré pour nous de faire un commentaire pour le moment« , tandis que la Maison Blanche n’a fait aucune déclaration sur la création d’un domaine en .xxx.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés