Après la justice américaine et la Commission européenne, Google va devoir s'expliquer devant le Sénat des États-Unis. La sous-commission en charge des pratiques anti-concurrentielles veut s'assurer que le moteur de recherche ne modifie pas le classement des sites web pour favoriser ses services ou ceux de ses partenaires.

Google reste dans le collimateur des autorités. Après la Commission européenne l’an dernier, c’est autour du Sénat des États-Unis d’ouvrir une enquête sur le moteur de recherche suite aux accusations portées à son encontre. La sous-commission en charge des questions anti-concurrentielles souhaite contrôler les pratiques de Google dans le domaine de la recherche sur le web.

Dans son communiqué, le sénateur démocrate Herb Kohl part du constat que « la domination sur la recherche du plus grand moteur au monde, Google, a augmenté » ces dernières années. « Dans ces conditions, nous examinerons avec attention les accusations soulevées par les sites de commerce électronique en concurrence avec Google, et qui assurent être injustement mal référencés et éprouvent des difficultés dans l’achat de publicités« .

L’intervention du Sénat américain fait écho à l’enquête ouverte par le parquet du Texas l’automne dernier. Là encore, la justice souhaite déterminer si Google privilégie certains sites plutôt que d’autres, au risque de violer la libre concurrence. La question est d’autant plus cruciale que Google est un moteur de recherche très utilisé dans le monde et que nombre d’entreprises en dépendent pour faire des affaires.

De l’autre côté de l’Atlantique, le moteur de recherche est aussi sous surveillance. L’exécutif de l’Union européenne a ouvert une enquête fin novembre suite au dépôt de plainte de plusieurs sociétés. Ces dernières suspectent Google d’intervenir directement dans son algorithme de classement pour mettre en avant ses propres services et ceux de ses partenaires, égratignant de fait la neutralité des moteurs de recherche.

Si Google assure régulièrement ne pas toucher à ses algorithmes, force est de constater que le géant du web intervient régulièrement sur son moteur de recherche. Ces derniers mois, Google filtre les résultats instantanés liés à BitTorrent ou contenant des propos inappropriés, sans cohérence manifeste. Dernièrement, la firme de Mountain View a même déclaré vouloir favoriser les « sites de haute qualité » pour faire émerger un écosystème du web sain.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés