Avec Google Instant, le géant de Mountain View veut permettre aux internautes de gagner du temps. Au fil de la frappe, les résultats s'adaptent en temps réel pour satisfaire l'utilisateur. Toutefois, cette avancée ne s'applique pas à tous les termes. Certains mots-clés "inappropriés" sont filtrés par Google et ne sont pas visibles dans Google Instant. Il faut revenir à l'ancienne méthode pour afficher les résultats.

Hier, lors d’une conférence de presse organisée aux États-Unis, le géant américain Google activait la nouvelle version de son moteur de recherche. Intitulé Google Instant, le service – pour l’heure uniquement accessible aux internautes disposant d’un compte Google – a pour ambition de transformer la manière dont les utilisateurs découvrent les résultats d’une recherche.

Plutôt que de presser le bouton « Rechercher » après avoir saisi une requête dans le champ texte, les utilisateurs peuvent visualiser en direct les résultats s’adapter à mesure de la frappe sur le clavier. L’objectif derrière cette modification est de réduire encore un peu plus le temps d’attente. Mais tous les recherches profitent-elles de Google Instant ?

Manifestement non. The Register rapporte qu’un journaliste a souhaité tester le service en tapant son propre nom de famille, Slutsky, sur Google Instant. Or, les premiers résultats ne sont pas apparus lorsqu’il a composé les lettres S-L-U-T. Une erreur du service ? En réalité, Google bloque l’affichage de certains résultats « déplacés » dans Google Instant.

« Nous nous soucions beaucoup de la sécurité des enfants [sur Internet] et à ce type de problèmes » a déclaré Johanna Wright, responsable Produits chez Google. « Nous avons dû beaucoup réfléchir à la saisie semi-automatique et comment cela fonctionne lorsque vous obtenez les résultats« . Il existe ainsi une liste noire de termes qui ne sont pas affichés automatiquement dans Google Instant.

« Donc, nous appliquons les mêmes règles que nous avons toujours eu, c’est-à-dire que nous filtrons les contenus violents, haineux et pornographiques. En conséquence, si vous saisissez quelque-chose qui peut ne pas être approprié pour certaines personnes, vous ne verrez pas les résultats tant que vous ne pressez pas « Entrée »« .

Des termes comme « Fuck », « Pornography » n’affichent donc aucun contenu tant que le bouton « Rechercher » n’est pas pressé. Manifestement, la liste noire s’étend également aux termes étrangers, puisque des mots-clés comme « Pornographie » ou « Sodomie » n’ont retourné aucun résultat avec Google Instant. En revanche, le moteur de recherche a bien répondu aux requêtes lorsque le bouton « Rechercher » était activé.

Comme le fait remarquer The Register, cette mesure visant à préserver certains utilisateurs peut avoir des conséquences fâcheuses. Et conduire à un sur-filtrage. Preuve en est, le journaliste a évoqué l’existence d’Eugen Slutsky, un économiste et un statisticien russe. Dans la mesure où son nom débute aussi par « Slut », il subit indirectement le filtrage mis en œuvre par Google.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés