Comme le montrait le sondage qu’elle a elle-même publié dimanche, l’Hadopi souffre d’un terrible mal de légitimité auprès du grand public. 51 % des internautes trouvent qu’elle « ne sert que les intérêts particuliers de certains« , 43 % qu’elle ‘n’aura pas de véritables effets sur la consommation illégale d’œuvres culturelles« , et 41 % qu’elle « porte atteinte aux libertés individuelles« . Mais quand il s’agit de manger, qu’en pensent les éventuels futurs employés de la Haute Autorité ?

Pour le savoir, l’Express a eu la bonne idée de rendre visite à des étudiants d’une école spécialisée dans les métiers du web, l’Hétic, qui se montrent intéressés par un poste de chargé de communication et de veille… jusqu’à ce qu’ils apprennent qu’il s’agit de l’Hadopi. « Les moyens adaptés et la mise en place sont euh… comment dire… euh… d’une autre époque« , tacle un étudiant qui avait pourtant fait montre de beaucoup d’efforts diplomatiques.

Si toutefois vous étiez intéressé, l’Hadopi recherche toujours :

  • un(e) secrétaire auprès du Secrétaire général et de la Présidente ;
  • des agents chargés du centre d’appel téléphonique ;
  • des agents chargés du courrier ;
  • des agents chargés des procédures ;
  • des agents administratif et technique ;
  • un(e) juriste « Concurrence, régulation et contenus culturels »
  • un(e) secrétaire auprès de la Direction des finances et du développement ;
  • un(e) chargé(e) d’enquêtes et études statistiques ;
  • un(e) chargé(e) de communication junior ;
  • un(e) secrétaire auprès de la Direction de la communication et des relations extérieures

Dépêchez-vous. Ou pas.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés