Le déclin du Peer-to-Peer au profit du streaming et du téléchargement direct s'est accompagné d'un durcissement des relations entre les fournisseurs d'accès et les opérateurs de transit, qui servent d'intermédiaires avec les hébergeurs de contenus. Plus le P2P décline, plus le risque d'atteintes à la neutralité du réseau augmente.

C’est une évidence pour qui connaît les réseaux et l’histoire d’Internet, où chaque ordinateur connecté devait être à la fois serveur et client, expéditeur et récepteur. L’affaire MegaUpload/Orange le montre à nouveau : plus le pair-à-pair faiblira, plus il sera difficile pour les opérateurs de résister à la tentation de violer la neutralité des réseaux.

Le transitaire Cogent, qui sert parmi d’autres d’intermédiaires entre MegaUpload et Orange, avait la semaine dernière attaqué l’opérateur historique, en expliquant que depuis plusieurs années Orange bridait volontairement sa connectivité avec Cogent, et donc avec ses clients comme MegaVideo et MegaUpload. Aujourd’hui, le prestataire va plus loin, en énonçant publiquement sur ITespresso des accusations qu’il ne livrait jusqu’à présent qu' »en off ».

« France Telecom s’exprime volontier publiquement sur la congestion des réseaux, mais force est de constater que lorsqu’il s’agit de fournir à ses clients des flux de données de plusieurs mégabits pour ses propres services (vidéo a la demande), cette prétendue congestion ne semble pas poser de problèmes…« , remarque François Lemaigre, le directeur des ventes de Cogent pour le marché européen. « Ils essaient de développer en interne des plates-formes de contenus et de services et de les vendre à leurs souscripteurs. Le problème, c’est que, pour ce faire, ils détériorent volontairement la qualité des services concurrents disponibles sur l’Internet, ou essaient de leur faire payer un  » droit d’entrée  » sur leur réseau, ce qui revient au même en terme de distorsion de la concurrence.« 

En clair, selon Cogent, Orange ferait exprès de brider sa connectivité pour que ses abonnés préfèrent utiliser ses propres services de VOD, qui ne souffrent pas des mêmes restrictions que les sites utilisant les services de certains transitaires.

Or le problème s’accentue avec la disparition progressive du P2P au profit du téléchargement direct et du streaming. En principe, des « accords de peering » sont négociés entre opérateurs pour que celui qui reçoit une certaine quantité de données à distribuer dans son réseau puisse renvoyer à l’expéditeur la même quantité de données à distribuer dans son propre réseau. C’est globalement ce qui se passe avec BitTorrent ou eMule, où un utilisateur de Free va envoyer des données à un abonné d’Orange, qui lui-même en envoie à un abonné SFR, etc. Au final, c’est un jeu à somme nulle et chacun veille à faire grossir son réseau au même rythme que les voisins, pour toujours répondre à la demande croissante de bande passante. Mais avec le streaming et le téléchargement direct, la donne change. Les échanges deviennent excessivement asymétriques, les FAI devant distribuer beaucoup plus de données qu’ils ne doivent renvoyer.

C’est ce qu’explique M. Lemaigre : « Dans un monde où le trafic est naturellement asymétrique avec notamment une forte croissance de la vidéo, les relations de peering ne peuvent plus vraiment exister qu’entre opérateurs ayant le même profil de clients. Soit entre opérateurs de transit pur, soit entre opérateurs d’accès. Appliquer la logique classique du peering dans des relations entre FAI et opérateurs de transit n’a que peu de sens« .

Moralité : pour défendre la neutralité du net, préférez BitTorrent à MegaUpload.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés