Mis au pilori par le site internet qui l'accuse de brider volontairement le téléchargement de ses vidéos, Orange accuse en retour MegaVideo d'être le seul responsable de la faible qualité de service de ses abonnés. Il estime que MegaVideo doit mettre à niveau ses infrastructures et accepter d'utiliser davantage d'autres fournisseurs de transit, plus performants mais aussi plus chers.

Ce jeudi matin, Numerama relayait le témoignage apporté par un lecteur abonné d’Orange, qui avait eu la surprise de découvrir un pop-up dénonçant son fournisseur d’accès à Internet, lors d’une visite de MegaVideo. « Il est probable que votre fournisseur d’accès restreigne intentionnellement votre accès à des parties importantes de l’Internet. Nos statistiques de réclamations indiquent que la plupart des utilisateurs qui ont ce problème ont accès à l’Internet via France Télécom, souvent sous la marque « Orange »« , disait le message. Sans prendre de gants, il appelait les abonnés concernés à contacter le service clientèle d’Orange, et de changer d’opérateur si le problème devait persister.

Ce soir, Orange a organisé une conférence téléphonique avec plus de techniciens et de responsables de la communication que de journalistes (nous étions trois). Une communication de crise, qui avait pour but de remettre les points sur les i, et de renvoyer MegaVideo à ses responsabilités. Orange confirme qu’il y a des difficultés pour ses abonnés à utiliser les services de l’éditeur, avec des « performances variables tout au long de la journée« , mais il juge MegaVideo entièrement responsable de cette situation.

L’opérateur s’est dit « surpris » par le pop-up, qu’il qualifie « d’opération de dénigrement« , et « d’accusations fausses et mensongères« . Il n’a pas caché son intention de porter plainte si le message devait réapparaître, après avoir été retiré mercredi à 5 heures du matin (il était apparu la veille vers 18 heures). Orange assure qu’il respecte les principes de la neutralité du net tels que définis par l’Arcep, et juge que MegaVideo rend ses abonnés victimes de son « modèle économique à bas coût« .

Dans son message, MegaVideo désignait ses hébergeurs Cogent et TATA, et accusait Orange de brider les communications vers ces deux opérateurs. Mais Orange répond que MegaUpload utilise déjà « au moins cinq hébergeurs et opérateurs de transit différents » pour atteindre ses utilisateurs partout dans le monde, et qu’il ne tient qu’à lui de faire appel à ceux qui ont des performances supérieures, quitte à payer plus cher. L’éditeur doit « faire des efforts pour mettre à niveau ses infrastructures« , prévient Orange, qui n’assume aucune responsabilité dans la situation. La filiale de France Telecom estime que MegaVideo doit trouver un équilibre qui lui assure à la fois de « bonnes performances économiques » et un « bon niveau de qualité« , ce qu’il reconnaît être difficile.

Selon lui, Orange ne connaît pas de difficultés particulières avec Cogent ou TATA, et ce serait même « plutôt mieux qu’avant« . Il ajoute qu’à sa connaissance, les autres fournisseurs d’accès français ont les mêmes types de difficultés avec MegaUpload et MegaVideo, à périodes variables, et que les abonnés d’Orange ne sont pas moins bien lotis que les leurs. Le pop-up, pourtant, félicitait la qualité de l’interconnexion chez SFR et Free.

Il est probable que désormais la situation se résolve discrètement par une négociation musclée, qui aura débuté par une forte pression mise par MegaVideo sur Orange…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés