Affaire MegaUpload/Orange, suite. Intermédiaire entre le site de streaming vidéo et les opérateurs télécoms, Cogent accuse lui aussi Orange de brider volontairement le trafic, et s'estime à son tour victime de dénigrement.

Les débats s’enveniment autour de la piètre qualité de service dont jouissent les abonnés d’Orange lorsqu’ils se rendent sur les sites MegaVideo ou MegaUpload. Mercredi soir, le site de streaming affichait un pop-up pour expliquer à ses utilisateurs qu’il est « probable que votre fournisseur d’accès restreigne intentionnellement votre accès à des parties importantes de l’Internet« , et que « la plupart des utilisateurs qui ont ce problème ont accès à l’Internet via France Télécom« .

Le message a été retiré tôt jeudi matin, mais l’affaire a pris suffisamment d’ampleur pour qu’Orange organise une conférence téléphonique jeudi soir, dans laquelle ses forces vives se sont jointes pour renvoyer la responsabilité vers MegaVideo. Parlant de « dénigrement« , et « d’accusations fausses et mensongères« , l’opérateur historique reprochait au site son « modèle économique à bas coût« , et l’invitait à « faire des efforts pour mettre à niveau ses infrastructures« . Orange suggérait à MegaVideo d’utiliser davantage les services d’autres fournisseurs de transit que Cogent et TATA, deux intermédiaires techniques à travers lesquels le site peine à atteindre les abonnés d’Orange dans de bonnes conditions.

Vendredi soir, c’est au tour de Cogent de réagir. Défendant ses intérêts autant que ceux de son client MegaVideo, le fournisseur de transit parle à son tour de « dénigrement » de la part d’Orange, et l’accuse lui aussi de « dégrader intentionnellement » le service, contre l’intérêt de ses abonnés. Il explique qu’il dispose bien d’une connectivité avec l’opérateur, mais que France Télécom refuse depuis plusieurs années d’augmenter la capacité de ses ports. « Malgré des propositions avantageuses« , insiste Cogent. Il explique qu’il existe une règle implicite entre les opérateurs réseaux de ne jamais laisser s’installer volontairement une situation de congestion. Une règle qu’Orange aurait ignorée.

Les discussions commerciales sont au point mort, et contrairement à ce qu’indiquait Orange hier soir, Cogent assure que France Télécom est le seul opérateur avec lequel il connaît de telles difficultés.

Comme d’habitude dans ce type de conflits, chacun défend ses intérêts et il est impossible de savoir qui a raison et qui a tort. Sans doute un peu des deux. Une seule certitude, la seule vraie victime est l’abonné d’Orange.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés