Certains n’hésiteront à dire que l’Hadopi montre déjà ses effets avant-même l’envoi des premiers avertissements. Selon Electron Libre qui a eu vent des tendances que le SNEP doit confirmer la semaine prochaine au Midem à Cannes, l’industrie de la musique enregistrée en France serait en voie de redressement, avec en particulier un dernier trimestre 2009 flamboyant.

« Le marché de gros de la musique enregistrée entrevoit peut-être le bout du tunnel : les ventes physiques se sont redressées au 2e semestre 2009, indique le syndicat des maisons de disques, avec un 4e trimestre qualifié de  » très bon  » par son directeur général David El Sayegh. Sur l’ensemble de l’année, le recul du marché physique ne serait que très légèrement négatif« , rapportent nos confrères. L’embellie serait notamment à mettre au crédit du téléchargement, qui connaît une progression de l’ordre de 50 % sur l’année.

Il est sûr qu’à la lueur de ces chiffres, le SNEP va militer à Cannes contre le rapport Zelnik et la licence de gestion collective que Nicolas Sarkozy a repris à son compte.

Mais l’industrie du disque devrait rester discrète sur ces bonnes performances de fin d’année. Comment justifier sinon la lutte contre le piratage s’il y a rechute en 2010, alors-même que l’Hadopi n’existait pas au moment où le marché s’est redressé ? Et si l’embellie au contraire se confirme cette année, comment la mettre au crédit de l’Hadopi alors qu’elle n’aura commencé ses travaux que plusieurs mois après les premiers bons résultats ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés