Avec Picasa 3.5, Google ajoute à son service de gestion des albums photos la possibilité de reconnaître automatiquement les visages qui reviennent sur vos photos, et de toutes les tagger en quelques clics.

Ca devait forcément arriver après l’acquisition en 2006 par Google de Neven Vision, une société spécialisée dans la reconnaissance des visages. Picasa, filiale du moteur de recherche, a lancé cette semaine Picasa 3.5 avec une fonctionnalité de reconnaissance faciale disponible à la fois sur les versions en ligne et à télécharger du service. Lorsque vous ajoutez un tag sur le visage d’une personne pour ajouter son nom sur l’une des photos de votre bibliothèque, Picasa scanne automatiquement le reste de vos photos pour ajouter le même nom sur l’ensemble de votre album. Un outil que proposait déjà iPhoto et Face.com.

S’il n’est pas sûr de lui, Picasa suggère un nom et vous laisse décider d’appliquer ou nom le tag sur la photo. Il est capable de compléter automatiquement les noms que vous tapez grâce à une liaison avec vos contacts Google (pour les utilisateurs de Gmail ou Google Contacts). La version 3.5 du logiciel permet aussi de géo-localiser les photos sur Google Maps, ce qui sera de plus en plus courant et facile à mesure que les fabricants d’appareils photo numériques ajoutent des modules GPS à leurs boîtiers.

Evidemment, les fonctions de reconnaissance faciale sont dérangeantes pour la protection de la vie privée. Il ne faudra pas longtemps avant que Google et d’autres commencent à indexer systématiquement les photos de chaque internaute, et à compiler des albums personnels à partir des photos prises et publiées par d’autres. Toutefois inversement, la reconnaissance faciale pourrait en principe faciliter la gestion de son image. Imaginez par exemple qu’un jour Google permette à chaque individu de décider s’il souhaite ou non que l’ensemble des photos où il apparaisse ne soit plus indexées ? C’est très peu probable (et sans doute aussi utopique que la chasse au piratage), mais la technologie le permettrait enfin.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés