Presque deux fois plus de singles aux USA sont vendus sur Internet que chez les marchands traditionnels de CD. Une preuve que le marché du disque est en pleine transformation, aussi bien artistique que technique et économique.

Selon Billboard, 7.7 millions de titres auraient été vendus et téléchargés sur les services légaux de musique en ligne depuis Juin 2003, contre seulement 4 millions de singles vendus dans le monde physique. Dans la semaine qui s’achevaient le 26 octobre, les disquaires enregistraient 170.000 ventes quand les plateformes comme iTunes, Napster ou MusicMatch comptabilisaient 857.000 téléchargements.

Comme toutes données, il y a bien des façons d’interpréter ces chiffres. Celle qui nous paraît la plus révélatrice de la crise actuelle consiste à mettre en évidence l’enrichissement culturel qu’Internet crée chez les foyers. Beaucoup s’accordent en effet à dire qu’il est délicat de comparer les ventes de singles sur Internet à celle des disquaires puisque là où vendre des singles est devenu le modèle standard (iTunes propose l’unité à $0.99) ; l’offre est par contre des plus réduites dans les magazins « physiques » par rapport aux albums. Mais le comportement des consommateurs a lui même évolué. Sur un marché aujourd’hui deux fois plus faible en quantité, le titre le plus populaire actuellement chez les disquaires a tout de même été acheté plus de fois qu’il n’a été téléchargé sur les autres plateformes ! Internet permet aux consommateurs d’écouter autre chose que le titre qui a bénéficié de la meilleure couverture publicitaire après le 20H de TF1…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés