Metadata (créateurs d'eDonkey et Overnet) s'est associé avec AltNet, une filiale très proche de Sharman Networks, pour diffuser les mêmes contenus payants que sur Kazaa. Longtemps opposés, eDonkey représentait la force d'une communauté soudée quand Kazaa était perçu par cette dernière comme trop grand public. Si l'accord indirect entre les deux logiciels se concrétise, le petit âne eDonkey aura définitivement perdu son âme, aujourd'hui réincarnée dans le corps d'une mule...

eDonkey et son successeur Overnet, dont le le nouveau site officiel laissait déjà peu de place au doute quant aux nouvelles orientations de MetaMachine (voyez la prédominance d’Overnet Pro, vendu $19.95), semblent donc se destiner à devenir aussi commerciaux que Kazaa, le modèle du genre. Les termes de l’accord permettraient à AltNet de vendre de la musique, des vidéos, des logiciels et des jeux à travers Overnet.

Les icônes en or de Kazaa feront donc leur apparition en premières lignes dans les résultats de recherches pour signaler aux utilisateurs d’Overnet qu’ils peuvent acheter ces fichiers fournis par AltNet, et protégés par le droit d’auteur. « Nous sommes très exités à l’idée de travailler avec MetaMachine. Notre accord de distribution met en relief notre engagement mutuel de commercialiser les réseaux Peer-to-Peer et d’en faire un endroit où utilisateurs et détenteurs de droits peuvent tous deux en sortir gagnants« , explique le président d’AltNet, Kevin Bermeister.

De son côté Jed McCaleb explique que sa société MetaMachine « est vouée à faire du Peer-to-Peer une chaîne marketing viable et profitable pour les détenteurs de contenu, [et] ils espèrent que plus de détenteurs de contenus travailleront avec eux pour atteindre efficacement l’immense base d’utilisateurs, d’une manière simple et sûre« . Nul doute que cette déclaration fera frémir tous ceux qui voyaient encore en eDonkey un logiciel communautaire anti-Kazaa. Heureusement également que le réseau eDonkey soit aujourd’hui dominé à plus de 90 % par eMule, car il n’est pas sûr que les administrateurs de serveurs aient appréciés d’être utilisés à des fins commerciales. Visiblement l’accord ne concerne qu’Overnet, ce que personne ne peut reprocher à MetaMachine. Ils ne font que consolider encore un peu plus le divorce entre la société et son ancienne communauté.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés