Twitter vient d'ouvrir son service d'abonnement aux américains et aux britanniques. Il a été testé depuis plusieurs mois par des bêta-testeurs qui se retrouvent plus ou moins dans les chiffres diffusés par Twitter et qui ne font pas encore rêver.

Twitter l’a envisagé pour la première fois de son existence : au prochain trimestre fiscal, ils pourraient être rentables. Ce serait effectivement une bonne nouvelle pour le réseau social aux 280 caractères qui peine à actionner les deux moteurs de son activité : avoir toujours plus d’utilisateurs pour contenter toujours plus de partenaires publicitaires. En parallèle, Twitter a lancé depuis quelques mois une petite expérimentation que seules des chaînes de tweets à base de « mentionnez 200 personnes sous ce tweet sinon Twitter va devenir payant ! ! ! » auraient imaginé : un abonnement à 99 € par mois.

Pour cette somme, le compte abonné a le droit à plusieurs avantages. Tout d’abord, il peut accéder à un tableau de bord complet pour le suivi de ses statistiques. Ensuite, et c’est là où l’abonnement prend tout son sens, Twitter va utiliser ses algorithmes pour créer des campagnes de mise en avant personnalisées pour le compte. La promesse, c’est que les tweets apparaîtront sur plus de timelines que sans l’abonnement et que ces mises en avant chez des tiers seront pertinentes par rapport au tweet et au lectorat de l’utilisateur.

Le reach des tweets doit alors s’améliorer pour un compte, tout comme le nombre de nouveaux followers par semaine et les visites de la page du profil. Dans un communiqué de presse, Twitter a fait part des résultats d’un utilisateur, @Huffyrealty : il a gagné en un mois 37 followers, a touché un peu moins de 20 000 personnes et a vu 311 visites sur son compte, pour 17 tweets promus, en partant a priori de 0.

Ces résultats mis en avant sont tout de même loin d’être impressionnants pour la somme demandée (à peu près 1 200 € à l’année), ce que semble confirmer le social media manager de TheNextWeb, qui a eu l’opportunité de tester le service sur son compte. Il en a en effet compté 7 followers en plus sur une semaine, soit un par jour, pour un compte qui était déjà à plus de 23 000 followers. Pour vous donner un élément de comparaison, sans publicité ni abonnement, le compte Numerama a gagné 304 followers en novembre (soit en 9 jours) avec une base d’un peu plus de 64 000 abonnés.

Twitter adresse pourtant ce service aux particuliers et aux petites entreprises qui souhaiteraient augmenter leur base de followers dans une perspective de business ou d’image : on imagine mal un utilisateur qui n’a pas d’idées commerciales derrière la tête payer 99 € pour un tel abonnement. Malheureusement, ces entreprises et ces particuliers qui pourraient être intéressés vont vite faire des comptes pour calculer un retour sur investissement : dans le cas de notre confrère hollandais, l’abonnement ne sera vraisemblablement pas prolongé.

Reste qu’il ne faut pas oublier que le produit est encore en phase de test chez Twitter qui l’ouvre aujourd’hui à tous aux États-Unis et en Angleterre, dans sa phase grandeur nature. Nous suivrons en tout cas de près les résultats de cette expérimentation qui, avec une politique plus efficace auprès des annonceurs et des partenaires, pourrait faire partie du cocktail gagnant pour le réseau social.

Partager sur les réseaux sociaux