Coupes après coupes, le réseau social de Jack Dorsey s'approche de la rentabilité. Les investisseurs boudent moins sévèrement l'entreprise, en difficulté depuis sa création.

Ce jeudi, Twitter annonçait qu’il pourrait connaître la rentabilité au quatrième trimestre de l’année grâce à ses coupes très importantes dans son budget de fonctionnement et en augmentant sensiblement ses revenus. Ce serait le premier trimestre rentable pour le réseau social, et cela depuis sa création en 2006.

La nouvelle a enthousiasmé le marché qui a octroyé à l’action de l’entreprise une hausse de 8 %, la faisant remonter jusqu’à 18,50 $.

La rentabilité, sans la croissance

La situation du réseau social ne s’est pourtant pas vraiment améliorée : le trimestre dernier, l’entreprise voyait ses revenus baisser de 4 % par rapport à l’an passé. Les revenus de la firme pourraient d’ailleurs passer de 590 millions de dollars au troisième trimestre à 587 millions au prochain trimestre selon Thomson Reuters.

Côté utilisateurs, l’entreprise a dévoilé qu’elle avait manifestement fait une erreur dans son processus de recensement de sa base d’utilisateurs depuis 2014. Toutefois, le calcul n’ôterait pas plus de 1 % aux résultats réels. Cela n’excuse donc pas les mauvais résultats récents.

Néanmoins, les utilisateurs s’impliquent désormais davantage : les internautes actifs tous les mois sur le service ont grimpé de 4 millions entre le dernier trimestre et celui qui s’est terminé en septembre. Il s’agirait selon la firme des résultats de sa politique de relance par mail et notification push, ainsi que l’arrivée des fonctionnalités algorithmiques qui mettent des contenus en avant auprès des utilisateurs.

Cette croissance rend optimistes les marchés, mais des doutes persistent à miner la confiance dans l’entreprise de Jack Dorsey : la faible croissance de ses revenus empêche une vraie reprise du cours de l’action. Twitter refuse toujours de déclarer le nombre d’utilisateurs actifs au quotidien sur son service, a contrario de Facebook, qui s’en vante avec plaisir.

La stratégie de Twitter n’est toutefois pas terminée : le réseau espère encore voir sa base d’utilisateurs grandir et ses revenus suivre la même tendance. Pour cela, l’entreprise multiplie les initiatives : elle teste les tweets en 280 caractères et diversifie ses sources de revenus notamment en vendant des données. En dehors de la publicité, Twitter a gagné 87 millions de dollars au troisième trimestre, une hausse de 22 % par rapport à l’an passé.

Partager sur les réseaux sociaux