Et si les rayons des supermarchés étaient contrôlés et organisés par des robots ? Aux USA, c'est déjà une réalité dans certaines grandes surfaces de Walmart.

L’avenir des supermarchés appartient-il aux robots ? Une chose est sûre, les cas de figure démontrant que le personnel humain sera en voie de marginalisation dans les grandes surfaces d’ici quelques années sont de plus en plus visibles. On connaissait par exemple l’idée futuriste d’Amazon de créer magasins fonctionnant sans caissier ou caissière, avec très peu de monde en coulisses pour faire tourner la boutique.

Maintenant, il y a le poids lourd américain de la distribution Walmart qui est en train d’étendre un programme faisant la part belle à la robotique dans cinquante de ses magasins aux États-Unis, après des expérimentations satisfaisantes dans un petit nombre d’emprises situées dans l’Arkansas, en Californie et en Pennsylvanie. L’idée ? Que des robots contrôlent l’inventaire et les rayons.

Walmart explique qu’il s’agit « d’utiliser l’automatisation pour effectuer des tâches répétitives, prévisibles et manuelles  », afin de libérer le personnel pour qu’il puisse se concentrer sur des tâches plus intéressantes et plus importantes, en particulier la vente et l’assistance au client. En filigrane, on comprend qu’il ne s’agit pas du tout pour Walmart de remplacer ses salariés par des machines. Pour l’instant ?

Les tâches peu gratifiantes dont il est question regroupent l’analyse des rayonnages à la recherche d’articles en rupture de stock, l’identification de prix incorrects et la recherche d’étiquettes erronées ou manquantes. Des tâches que n’importe qui peut remplir, mais avec un taux d’erreur plus élevé, assure le patron de Walmart. Les robots seraient 50 % plus productifs dans ces missions.

Une fois un incident repéré, comme un produit situé dans le mauvais rayon, le robot émettrait une alerte avec plusieurs informations utiles afin qu’un membre du personnel vienne sur place pour le remettre au bon endroit. Évidemment, avec cette description, la question n’est pas de savoir si les robots pourront un jour corriger d’eux-mêmes cette erreur, en prenant le produit pour le remplacer, le ramener dans les stocks ou le mettre à la bonne placemais quand.

Partager sur les réseaux sociaux