Amazon Go, la boutique du futur selon le géant de Seattle, n'aurait besoin pour son fonctionnement que d'une petite poignée d'employés. La robotisation du supermarché diviserait ainsi par plus de deux le nombre d'emplois nécessaires au fonctionnement d'une entreprise de ce genre.

Lors de leur présentation, les boutiques Amazon Go avaient autant surpris qu’impressionné. Ces magasins, des petites supérettes, réinventés de fond en comble par le leader du e-commerce promettent un futur automatisé, robotique et dans lequel l’argent est dématérialisé. Au-delà de la véritable prouesse technologique, ces boutiques semblent également dessiner un nouveau rapport entre client et vendeur, un lien résolument moins humain.

De fait, les questionnements autour de l’impact social de tels installations n’a pas tardé d’alerter. Pour les robots intelligents d’Amazon, combien d’emplois détruits ? De son côté, l’entreprise de Seattle tentait de répondre à cette critique en mettant en avant les nouveaux métiers créés par ses Amazon Go : la boutique débarrassée des caissiers, pouvait embaucher des conseillers en plus grand nombre.

Toutefois, cette semaine, une enquête du New York Post semble contredire les bonnes intentions de la firme. Grâce à ses sources, le journal new yorkais a pu mettre la main sur le projet de généralisation d’Amazon Go.

Alors que la boutique n’est aujourd’hui qu’un projet pour Seattle, les sources contactées par le Post montre que la firme américaine souhaite à moyen terme multiplier les déclinaisons de son concept sur le territoire américain. Ces informations recoupent les premiers scénarios que nous évoquions à travers des documents révélés cette fois-ci par le Wall Street Journal. Depuis,Amazon a démenti platement ses informations, pourtant sérieuses.

la robotisation de ses boutiques permettra de limiter leur masse salariale à moins de dix employés

Toutefois, dans le New York Post on apprend également qu’Amazon a pu identifier les ressources humaines à mobiliser pour le fonctionnement de chacune de ces futures boutiques. Et selon le géant du e-commerce, la robotisation de ces boutiques permettra de limiter leur masse salariale à moins de dix employés pour les plus grandes boutiques, et l’équipe en charge d’une seule boutique de petite taille pourrait descendre jusqu’à six employés en moyenne.

fruits-legumes-alimentation-epicerie-boutique
CC Brooke Cagle

Pour rappel, les boutiques Amazon Go remplacent les caisses par un système de reconnaissance des mouvements et des achats par les clients. Et ces derniers, une fois qu’ils franchissent la porte du magasin, payent automatiquement le contenu de leur panier grâce à leur compte Amazon.

Du côté de la firme de Seattle, toutes les informations sont démenties, et la société a indiqué que l’article du Post était faux. Toutefois, il est difficile de ne pas voir de nombreuses sources et éléments corroborer progressivement les intentions que le média prête à Amazon. Notamment lorsqu’il s’agit de remplacer sa masse salariale par d’avantage d’automatisation par des machines.

Partager sur les réseaux sociaux