La deuxième plus grande firme tech indienne, spécialisée dans l'outsourcing, se prépare à ouvrir quatre centres américains, deux semaines après le décret Trump sur les visas pour travailleurs hautement qualifiés.

Au cours des deux prochaines années, la firme indienne d’outsourcing informatique Infosys prévoit l’ouverture de quatre centres sur le sol américain, à commencer par une installation dans la région d’Indianapolis, et ce pour environ 10 000 créations d’emplois. L’annonce vient deux semaines après que le président américain Donald Trump ait signé un décret lançant sa politique « Hire American  », visant à restreindre le programme de visas H-1B destinés aux travailleurs étrangers hautement qualifiés.

Dans une interview donnée à Reuters, le CEO d’Infosys Vishal Sikka déclare vouloir maintenant se doter d’ingénieurs dans les domaines du cloud, de l’intelligence artificielle et du big data, trois ans après l’annonce de 2 000 autres recrutements américains en 2014 à son arrivée à la tête de la firme. Il assure également que la décision n’a aucun rapport avec les politiques de visa de Trump et que les discussions pour le centre en Indiana avaient commencé début février.

« aucun rapport avec les politiques de visa de Trump »

Le territoire indien devient de moins en moins propice aux activités de développement informatique du fait de l’élévation des salaires et de la difficulté à trouver une main-d’œuvre qualifiée. Le sous-continent ne compte pas de géant du Web comparable aux Alibaba et Tencent chinois ; les 150 milliards de dollars que pèse le secteur tech national se focalisent essentiellement sur la sous-traitance informatique pour des clients étrangers. Inutile de dire que la montée mondiale des protectionnismes y est vue avec inquiétude.

Infosys, née en 1981 et comptant aujourd’hui 200 000 employés, est la deuxième entreprise indienne de la tech avec ses 12 milliards de dollars de capitalisation. Celle que l’on surnomme « Infy » est basée à Bangalore, capitale de l’État du Karnataka et vivier national de la haute technologie. La plupart des géants étrangers sont néanmoins installés plus au nord à Hyderabad, capitale du Telangana et accessoirement ville d’origine du CEO de Microsoft, Satya Nadella.

Partager sur les réseaux sociaux