Adblock Plus, le plus célèbre des bloqueurs de publicité, se transforme en intermédiaire rémunéré pour distribuer de la « publicité acceptable » sur les sites où elle est bloquée.

Officiellement il ne vend pas de la publicité, il vend la mise en relation des éditeurs qui ont des espaces publicitaires à vendre, et les régies publicitaires qui ont de l’espace à acheter pour leurs clients annonceurs. En pratique, ça revient strictement au même, la mauvaise foi en plus. Mardi, l’éditeur du célèbre bloqueur de publicités Adblock Plus a annoncé le lancement de son Acceptable Ads Platform (AAP), une solution SSP qui permet aux éditeurs de mettre leurs espaces en vente sous forme d’enchères en temps réel.

Eyeo, qui a quasiment inventé le blocage des publicités, était déjà critiqué pour avoir lancé en 2011 une politique dite des « publicités acceptables », qui lui permettait de mettre sur liste blanche les publicités de partenaires sélectionnés sur le volet, parfois moyennant une généreuse participation à ses frais techniques. Certains estimant qu’il s’agissait d’un comportement mafieux, Adblock Plus avait annoncé en fin d’année dernière qu’il donnerait son indépendance au comité charger de sélectionner les éditeurs et régies.

30 % de commission

Mais le nerf de la guerre restant l’argent, Eyeo travaillait déjà à une alternative. Il a donc fait appel à Combotag pour mettre au point sa plateforme SSP, qui retiendra 30 % des revenus issus des publicités affichées aux utilisateurs qui demandent à bloquer les publicités hors « publicités acceptables » (c’est en tout cas le chiffre annoncé sur la FAQ officielle, alors que The Verge parle de 20 % à partager entre les acteurs, dont 6 % retenus par Eyeo).

Quand le module Adblock Plus sera actif, celui-ci vérifiera si l’éditeur du site sur lequel des publicités sont bloquées a accepté de participer au programme « Acceptable Ads Platform ». Si oui, les publicités bloquées seront remplacées par des publicités dites « acceptables », car moins intrusives.

Le système permettra également aux internautes de dire ce qu’ils pensent des publicités qui sont affichées. Il n’est pas encore clair si Adblock Plus s’en servira pour établir des profils personnalisés des centres d’intérêts des internautes, mais la plateforme prévient qu’elle s’en servira pour choisir les publicités affichées, et pénaliser les pubs qui reçoivent le plus de commentaires négatifs.

« Plutôt que de déterminer les vainqueurs des enchères sur des algorithmes qui essayent de savoir où vous habitez, si vous aimez les ranchs cools ou les nachos au fromage, ou juste où vous avez été en vacances, notre système choisira les vainqueurs en fonction du retour réel d’humains réels comme vous ! », écrit l’éditeur. « Les publicités qui reçoivent de bonnes notations seront récompensées en faisant qu’elles soient davantage susceptibles d’être choisies ».

La plateforme est lancée sous forme de bêta dès ce mardi, et sera pleinement déployée d’ici la fin de l’année.

Qu’est-ce qu’une publicité acceptable ?

Le comité qui devra évaluer les « publicités acceptables » sera mis en place également d’ici la fin de l’année, mais les critères de base sont déjà connus. Ils sont liés au placement des publicité sur la page (elles ne doivent pas être incluses au milieu d’un contenu mais au dessus, en dessous ou sur le côté), être facilement discernables par l’internaute qui doit comprendre qu’il s’agit de publicités, et de ne pas dépasser une certaine taille.

En juillet dernier, le groupe allemand Axel Springer a remporté une victoire judiciaire contre Adblock Plus, accusé de captation illégale de revenus. La décision fait l’objet d’un appel.

acceptable

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés