Huawei poursuit Samsung en justice. L'entreprise chinoise accuse son concurrent d'avoir violé onze brevets sur des technologies pour smartphones.

La guerre des brevets se poursuit, mais pas toujours avec les mêmes belligérants. Cette fois, c’est Huawei qui poursuit Samsung en justice en Chine et aux États-Unis. Le géant sud-coréen est accusé par son concurrent chinois d’avoir violé onze de ses brevets. Ces derniers portent sur des méthodes relatives à la 4G, au système d’exploitation et à l’interface utilisateur, qui, se plaint Huawei, ont été reprises sur des smartphones Samsung sans aucun accord de licence.

« Nous espérons que Samsung arrêtera d’enfreindre nos brevets afin d’obtenir la licence nécessaire auprès de Huawei, et travaillera avec notre entreprise pour mener conjointement l’industrie vers l’avant », a déclaré Ding Jianxing, le président du département des droits de propriétés intellectuelles de Huawei.

Huawei Mate S

De son côté, Samsung a affirmé qu’il prendra « les mesures appropriées pour défendre ses intérêts économiques ». Dans cette affaire, il est important de noter qu’une partie de ces brevets ont été classés comme Frand. — un acronyme pour « fair, reasonable and non-discriminatory »Cela signifie que Huawei doit appliquer à ces brevets une politique plus souple qu’à l’accoutumée, en autorisant par une licence d’exploitation quiconque accepte de s’acquitter d’une rémunération raisonnable.

Ding Jianxing a fait comprendre que son entreprise ne cherche pas spécialement à être dédommagée avec de l’argent. Au lieu de ça, elle préfèrerait avoir accès à des technologies de Samsung en guise de paiement. Autrement dit, Huawei accepterait de laisser Samsung utiliser ses brevets, à la condition que l’inverse puisse aussi se faire.

Guerre juridique

Le marché très concurrentiel des smartphones a donné lieu à un nombre incalculable de procédures judiciaires. Depuis 2011, Samsung était par exemple engagé dans une bataille sans merci contre Apple, chaque géant accusant l’autre de ne pas respecter sa propriété industrielle. Au plus fort de la mêlée, des procès ont débouché sur des verdicts atteignant plusieurs milliards de dollars.

Une relative détente a toutefois pu être observée à partir de 2014, lorsque l’Américain et le Sud-Coréen se sont accordés pour abandonner toutes les procédures en dehors des États-Unis. Aux USA, la situation par contre tendue entre les deux industriels. Cette année, après un véritable feuilleton judiciaire, Apple perdait face à Samsung.

L’entrée en lice de Huawei dans la guerre des brevets n’augure rien de bon. Le fabricant chinois est en troisième position derrière Samsung et Apple — selon ses évaluations — et ses nouvelles ambitions internationales pourraient bien l’amener à vouloir faire respecter ses intérêts de façon nettement plus agressive. Au risque de souffler un peu trop fort sur les braises de la guerre des brevets. Et la relancer de plus belle.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés