Vous souvenez-vous de Bitstrips ? Un générateur de comics et d'emojis qui a sévi pendant quelques mois sur Facebook avant de tomber dans les oubliettes des réseaux sociaux. Il s'agit du dernier achat de Snapchat, qui y met les moyens.

Les analystes sont nombreux à ne plus comprendre la stratégie industrielle de Snapchat. Le réseau social des photos instantanées a refusé tout rachat pour mener sa barque seul, quitte à faire n’importe quoi.

Les investisseurs déjà inquiets vont devoir tenter de comprendre le dernier achat de la société. Snapchat a déboursé 100 millions de dollars pour Bitstrips, un Objet Web Non-Identifié des réseaux sociaux, dont l’état de grâce n’a duré que quelques mois. Souvenez-vous : Bitstrips générait des comics avec vos avatars que vous pouviez partager sur les réseaux-sociaux. Stupide et régressif, l’application a rencontré un vif, mais court succès.

bitstrips-application-comics

Pour continuer son expansions, toute relative, Bitstrips a recyclé ses technologies d’avatars pour rejoindre le marché émergent et très asiatique des autocollants (plus connus sous le nom de stickers) pour Facebook Messenger notamment. Désormais, la société possède une application vous permettant de faire des autocollants à l’humour douteux avec des avatars personnalisés. Stupide et régressif donc.

what the f*ck snapchat ?

Au delà de la hype qui n’est clairement plus du côté de Bitstrips, le prix payé par Snapchat ne semble pas justifié. En effet, il faut se souvenir que c’est exactement le prix que Microsoft avait du payer pour Sunrise, le calendrier intelligent dont l’utilité et les technologies sont un peu plus intéressantes que les stickers Bitstrips.

12495080_10206299397911328_4889868921269247699_n

Toutefois, il faudra attendre de voir ce que Snapchat fera des « technologies » de Bitstrips. Le sticker est peut-être plus en vogue qu’on ne le pense, puisque l’on apprenait récemment que Twitter est en train de déployer des fonctionnalités similaires.

La messagerie instantanée de Snapchat, qui fait pâle figure face à Messenger, va-t-elle profiter de ce rachat ? On en doute, mais l’avenir le dira.

Crédit photo de la une : TechCrunch

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés