Les États-Unis et Cuba vivent des jours historiques, avec la visite du président Barack Obama sur l'archipel. Renouant ainsi un lien brisé depuis l'arrivée au pouvoir des Castro. Une occasion pour le petit État de s'ouvrir à de nouveaux marchés, dont celui du numérique.

En France, l’hôtellerie s’effraie de l’essor d’Airbnb car la plateforme collaborative est en train de changer le marché du tourisme à vitesse fulgurante. Générant de nouveaux revenus et développant de nouvelles offres sur le marché du logement d’appoint dans les villes occidentales, Airbnb est un véritable game-changer de l’économie collaborative. Symptôme des sociétés ultra-connectées, cette nouvelle économie déstabilise et libéralise des marchés, mettant souvent les régulations étatiques sur la touche.

À ce phénomène, Cuba ne va pas y échapper. En effet, alors que Barack Obama est en visite à Cuba, le catalogue de la plateforme va s’ouvrir aux logements de l’île et permettre à chacun d’en réserver un pour son prochain déplacement. Vous pourrez donc bientôt louer votre pied-à-terre à La Havane sur le célèbre site de réservation entre particuliers.

Si ce débarquement sur la plus grande île des Caraïbes parait évidente pour l’application leader du tourisme uberisé, la situation politique a longtemps freiné l’expansion du tourisme américain. L’île attire chaque année des millions de visiteurs, à l’exception des ressortissants américains, qui n’ont pas l’autorisation de s’y rendre. L’application avait déjà pris en compte Cuba depuis 2015, mais elle avait bloqué l’accès aux logements pour les utilisateurs non-américains.

Pourtant, cette fois-ci, l’approche diplomatique d’Obama et des Occidentaux — comme François Hollande qui s’est aussi rapproché de Raul Castro — ouvre des perspectives économiques et constitue une manœuvre hautement symbolique. L’installation d’Airbnb à Cuba est un symbole très fort, qui fait penser à l’arrivée des premiers Mac Donald’s en URSS.

Le président Barack Obama et le président Raul Castro
Le président Barack Obama et le président Raul Castro

Symptôme des économies très développées et de la libéralisation par le numérique, Airbnb symbolise une nouvelle économie mondiale à laquelle Cuba n’échappera donc pas.

Même si encore aujourd’hui, les États-Unis n’autorisent pas encore ses ressortissants à aller faire du tourisme sur l’archipel, les lignes commencent à bouger. Ainsi, des vols réguliers entre Cuba et les USA opérés par des compagnies américaines devraient être mises en service cette année.

De fait, la demande en logement va croître progressivement et Airbnb est sur la brèche. Le site promet déjà plus de 4 000 logements sur place. À partir du 2 avril, tous les globe-trotters, qu’importe leur nationalité, pourront réserver leur location à Cuba. Un pas prometteur pour un pays qui rejoint doucement mais sûrement l’économie mondiale.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés