SFR-Numericable récupère la totalité du capital de Numergy, l'un des deux prestataires que l’État a voulu créer au nom du cloud souverain.

L’aventure du « cloud souverain » se termine en eau de boudin. L’État, qui avait au départ de grands projets avec la création de deux grosses structures nationales capables de stocker, de façon sécurisée, des quantités importantes de données sensibles issues des entreprises et des administrations, s’est finalement retiré des deux projets — CloudWatt et Numergy — dans lesquels il avait investi 150 millions d’euros au total.

Au sein de Numergy, l’ensemble du capital est racheté par Numericable-SFR signale le journal Les Échos. L’opérateur possédait jusqu’à présent près de la moitié (46 %) de la société. Aujourd’hui, il récupère la part du groupe Atos (20 %) et celle de la Caisse des dépôts et consignations (33 %). Une cession qui a été provoquée par les désaccord entre les  trois groupes sur la stratégie et les investissements à mener.

SFR-Numericable récupère les parts d’Atos et de la Caisse des dépôts.

Libéré des objectifs parfois contradictoires qui lui étaient imposés, le groupe Numergy est maintenant en meilleure situation pour rebondir. C’est en tout cas ce que va cherche à faire Numericable-SFR, en intégrant le service dans ses solutions et bénéficier du soutien total de l’opérateur. Reste à savoir si ce plan sera payant : la société, placée sous une procédure de sauvegarde, ne dégage pas encore de gros chiffre d’affaires.

La situation que connaît Numergy est très similaire à celle de CloudWatt. En début d’année, Orange, qui possédait aussi une bonne part (44 %) du capital de la firme, a aussi récupéré l’intégralité es parts détenues par la Caisse des dépôts et par Thales, et fait le choix de digérer le prestataire de cloud souverain pour en faire une extension de ses services.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés