Twitter introduit le bouton « J'aime » en remplacement des favoris, au moment où Facebook l'abandonne au profit des « émotions ».

Twitter a-t-il un train de retard ? Alors que le réseau social doit trouver les moyens de re-dynamiser son image, voilà que le réseau social de Jack Dorsey annonce comme une nouveauté géniale l’apparition du bouton « J’aime » dans Twitter. Ou plutôt, le remplacement du bouton « Favoris » par un coeur sur lesquels les internautes pourront venir cliquer pour manifester leur intérêt pour un tweet.

gif-heart

« Vous avez adopté les coeurs de manière exceptionnelle sur Periscope, et nous sommes ravis aujourd’hui de les intégrer à Twitter et Vine, homogénéisant ainsi les échanges pour l’ensemble de notre communauté », explique le site. « A partir d’aujourd’hui, vous apercevrez des coeurs sur Twitter pour iOS et Android, twitter.com, TweetDeck, Twitter pour Windows 10, sur les Tweets intégrés au Web ainsi que l’app Android et le site Vine. Vous les verrez bientôt apparaître sur Vine pour iOS et Twitter pour Mac ».

Mais le « J’aime » de Twitter a toujours été le bouton « Retweet », dont la puissance symbolique risque ici de se diluer (il est vrai qu’il avait déjà intégré les favoris dans les retweets, et que l’idée est sans doute d’arriver à terme à leur fusion). Plus ça va, plus le service perd son identité en voulant se rapprocher d’un Facebook qui le surpasse très largement en nombre d’utilisateurs — le réseau revendique 316 millions d’utilisateurs par mois contre 1,5 milliards pour Facebook.

Et surtout, plus de 10 ans après la création de Facebook et à l’heure du déferlement des émojis, l’apparition d’un bouton « J’aime » a un goût d’invention du passé, qui n’est pas en phase avec les ambitions du réseau social.

La firme de Mark Zuckerberg trouve elle-même que le  « J’aime » de Facebook est aujourd’hui dépassé et inadapté (allez-vous dire  « J’aime » sur le tweet de votre ami qui annonce la mort de son chat ?), et a commencé à mettre en place des boutons d’émotions, qui offrent bien plus de nuances. Peut-être les verra-t-on dans 10 ans sur un Twitter qui aura totalement perdu son identité d’ici là ?

emotions-twitter

Enfin si l’on en croit vos témoignages sur notre compte, les utilisateurs se servaient surtout du bouton « favori » pour… mettre en favori, et (re)lire plus tard. Pas pour dire leur approbation du contenu du message :

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés