Publié par Guillaume Champeau, le Lundi 18 Août 2014

Twitter teste le retweet des "favoris", provoque une curieuse polémique

Twitter teste actuellement une fonctionnalité qui vise à rendre davantage publics les "mises en favoris" de messages par ses utilisateurs. Une fonction bienvenue qui lui attire cependant de nombreuses critiques.

A l'exception des messages privés échangés avec un interlocuteur, tout ce que vous faites sur Twitter est public. Tout le monde a accès à la liste des personnes que vous suivez, à la liste des personnes qui vous suivent, aux messages que vous publiez, aux messages que vous retweetez, et même aux messages que vous choisissez de mettre en "favoris". Rien n'est confidentiel. C'est la règle du jeu, et elle a toujours été très bien comprise, et très bien admise.

C'est en tout cas ce que l'on croyait jusqu'à ce qu'une polémique curieuse éclate ce week-end, après que Twitter a décidé de modifier la façon dont il gèrait les "favoris".

Jusqu'à présent, il fallait se rendre dans l'onglet "favoris" d'un profil d'utilisateur pour voir la liste des messages qu'il ou elle a décidé de bookmarker, pour des raisons très différentes et peu explicites. Certains mettent en favoris tous les messages qu'ils trouvent drôles ou intéressants, d'autres se servent de la fonctionnalité comme d'un marque-page destiné à retrouver les liens des articles qu'ils voulaient lire, d'autres encore s'en servent comme d'un "ping" adressé à l'auteur du tweet, pour lui faire savoir que son message a été lu et apprécié — car jusqu'alors, seul l'auteur du message favorisé était notifié de la mise en favori du message.

Des messages d'utilisateurs non suivis

Mais l'expérimentation menée par Twitter vise à notifier tous les followers des messages mis en favoris par un utilisateur, faisant que la fonction remplit désormais le double office de "retweet" et de mise en marque-page. L'idée semble bonne, mais elle a suscité de nombreuses critiques de la part d'utilisateurs qui estimaient (à tort) que leurs mises en favoris étaient des actions privées, personnelles, qui n'avaient pas à être rendues publiques.

Preuve qu'il n'est jamais simple de faire évoluer un service que se sont appropriés les utilisateurs, même lorsqu'il s'agit d'en préserver l'esprit originel plutôt que de tenter de copier Facebook.

Cependant, Twitter ne s'est pas contenté de publier les mises en favoris des utilisateurs qui sont suivis ("following"). L'expérimentation s'accompagne d'une autre nouveauté : l'arrivée dans la timeline (TL) de messages d'utilisateurs qui ne sont pas encore suivis, mais qui sont susceptibles de l'être en raison d'une proximité de contacts et/ou de centres d'intérêts. Mais là encore, ce n'est pas très différent de l'apparition dans sa TL de messages publiés par des tiers, et retweetés par ses followers...

Publié par Guillaume Champeau, le 18 Août 2014 à 09h44
 
4
Commentaires à propos de «Twitter teste le retweet des "favoris", provoque une curieuse polémique»
Inscrit le 16/06/2009
365 messages publiés
"L'expérimentation s'accompagne d'une autre nouveauté : l'arrivée dans la timeline (TL) de messages d'utilisateurs qui ne sont pas encore suivis , mais qui sont susceptibles de l'être en raison d'une proximité de contacts et/ou de centres d'intérêts. Mais là encore, ce n'est pas très différent de l'apparition dans sa TL de messages publiés par des tiers, et retweetés par ses followers..."

Ben si, c'est différent, parce que c'est Twitter et son algorythme qui décide de qui ou quoi est retransmis, et ce n'est pas une action humaine délibérée... du spam quoi ...
franchement, je suis content du fonctionnement même imparfait, de pump.io, qui ne propose pas ce genre de comportement "intelligent" et parasite...
Inscrit le 29/09/2005
75 messages publiés
Twitters et Facebook sont devenus les bras armés des multinationales, sociétés de renseignements publiques où privées et autres organismes spécialisés dans l'informatique, l'informations et les comportements sociaux. Avec ces outils les polices politiques ont désormais accès à des milliards de profils utilisateurs, de véritables banques de données de l'information servant à établir des profils psychologiques à foison. Le datamining à la mode pépère banquier est bien fini, il s'agit maintenant de combats idéologiques de tout autre ampleur.

Pour peu qu'un criminel potentiel utilise ses réseaux, il sera rapidement identifié, fiché, surveillé, et possiblement interpellé avant même qu'aucun délit ne lui ai été reproché, parce qu'un programme informatique d'alerte estimera que la probabilité d'un passage à l'acte, ou que son activisme politique est dérangeant pour la société. Il est même possible que ce soit directement ces organismes qui contactent la personne pour lui faire faire de basse besogne sous prétexte d'idéaux commun, pour ensuite mieux le faire condamner, bref, la manipulation des foules n'a plus de limite avec de tels outils. Le monde de Georges Orwell n'était pas aussi lugubre que cette réalité.

A terme, il s'agit d'un combat de l'homme contre la machine.
Inscrit le 26/05/2010
160 messages publiés
En même temps ça sert à quoi de faire apparaitre les favoris dans la timeline des followers, vu que c'est le rôle du retweet? Parce que du coup les deux deviennent un peu similaires...

Ce n'est pas le fait qu'une action "invisible" devienne visible qui pose problème, c'est qu'une fonction change complètement de rôle, et devienne un spam.
Inscrit le 10/07/2008
3364 messages publiés
Les applications online se décrédibilisent en montrant qu'elles espionnent la moindre action. C'est pas ça qui va inciter à utiliser le nuage.
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Août 2014
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
1 2 3 4 5 6 7