Voxan Motors a dévoilé une moto électrique étonnante, avec l'ambition de battre le record du monde de vitesse. Les 330 km/h sont visés.

Dans le domaine de la mobilité électrique, certains constructeurs veulent établir des records. C’est le cas de Voxan Motors, qui souhaite concevoir le deux-roues le plus rapide du monde. Le design de l’engin atypique, qui n’est pas pensé pour rouler sur des routes normales, a été dévoilé dans un communiqué publié le 1er juillet.

En partenariat avec le groupe ROKiT, Voxan Motors tentera d’établir un record de vitesse sur le Salar d’Uyuni en Bolivie avec Max Biaggi à son guidon — sextuple champion du monde. L’entreprise vise les 330 km/h au moins, afin de battre les 329 km/h établis par Ryuji Tsuruta sur la Mobitec EV-02A en 2019. Lightning Motorcycles est allé un peu plus vite avec la LS-218 (351 km/h), mais le record n’a pas été homologué.

Moto Voxan Motors // Source : Voxan Motors

Du gaz carbonique pour refroidir la batterie

La moto de Voxan Motors ne ressemble pas à une moto de course classique. Le design ultra profilé est pensé pour maximiser le comportement aérodynamique, sachant que le deux-roues est très, très bas. Pour améliorer la stabilité à haute vitesse, il n’y a pas de frein à l’avant. Les lignes de la coque intégrale sont fluides pour réduire au maximum la résistance à l’air. La moto ne pèse que 300 kilogrammes, dont 140 kilogrammes sont attribués à la batterie.

En matière de mobilité électrique, la surchauffe est l’ennemi des performances. Pour refroidir la batterie de 15.9 kWh, Voxan Motors s’appuie sur un système faisant appel à du gaz carbonique (plutôt qu’à un radiateur qui aurait eu un impact négatif sur le comportement du bolide). Le CO2 est stocké à l’arrière en état solide et sert à faire baisser rapidement la température, puisque le groupe propulseur est conçu pour tirer à plein régime sur la batterie. Le moteur déploie 270 kW, contre 150 kW pour la première génération datant de 2013.

À noter que Voxan Motors avait prévu de faire sa tentative ce mois-ci mais la crise du coronavirus a retardé les plans. « La santé et la sécurité de mes équipes passent avant tout. Au vu de la crise sanitaire que nous traversons, j’ai mis en place les mesures qui s’imposent », expliquait Gildo Pastor, président du Groupe Venturi, en mars dernier. Comme le projet lui tient à cœur, il a été repoussé d’un an. Ce laps de temps supplémentaire permettra d’éprouver le deux-roues, avec toute la part d’inconnus qui existera le jour j (adhérence, conditions extérieures…).

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo