Dacia a officialisé son entrée sur le marché de la mobilité 100 % électrique. Son concept Spring se présente sous la forme d'une citadine branchée. Il ressemble étrangement au K-ZE de Renault, uniquement vendu en Chine.

En 2021, la mobilité électrique devrait être beaucoup plus accessible. Dans un communiqué publié le 3 mars, Dacia a officialisé son entrée sur le marché. À cette occasion, il présente un concept baptisé Spring, qu’il décrit comme une citadine électrisante. Les plus observateurs remarqueront qu’elle ressemble étrangement au Renault K-ZE, un SUV compact, lui-aussi électrique, uniquement vendu en Chine.

En d’autres termes, Renault a décidé de commercialiser son véhicule abordable en Europe par l’intermédiaire de sa marque low-cost. C’est plutôt malin, d’autant que Dacia, grand gagnant de cette astuce, annonce la couleur : la version de série du Spring sera «  la voiture 100 % électrique la plus abordable d’Europe ». 

Dacia Spring // Source : Dacia

Dacia associe l’électrique au low-cost

Le low-cost n’est pas un segment que l’on associe à la mobilité électrique. On pense plus volontiers aux voitures de Tesla (qui restent chères) et aux gros SUV allemands (chers également) — sans oublier la ZOE de Renault. Mais, depuis plusieurs mois, certains constructeurs donnent l’impression que la réussite du 100 % électrique passera aussi par des modèles plus abordables. Ce concept Dacia Spring s’inscrit pleinement dans cette tendance, même si la commercialisation n’est pas attendue avant l’année prochaine.

Renault K-ZE // Source : Renault

Le véhicule présenté par Dacia n’est pas très joli : l’alliance du gris souris et de l’orange fluo n’est pas de très bon goût tandis que le design simpliste à l’inspiration SUV n’aide pas à séduire. Mais ce n’est pas le but recherché par le constructeur, qui souhaite lancer la première citadine de son histoire — « avec 4 vraies places à bord ». Dacia vise une utilisation urbaine et périurbaine, avec une autonomie qui ne dépassera pas les 200 kilomètres (cycle WLTP). Ce chiffre est en phase avec ce qui avait été annoncé pour le Renault K-ZE (250 kilomètres selon la norme NEDC, plus optimiste).

Dacia sera surtout attendu sur le tarif. Si on regarde sa gamme actuelle, ses voitures démarrent à 8 150 euros (pour la moins chère) et 13 900 euros (pour la plus chère). Pour affirmer le positionnement low-cost, son produit 100 % électrique pourra difficilement dépasser les 20 000 euros — hors bonus écologique.

Partager sur les réseaux sociaux