La marque américaine développe un SUV et un pick-up électriques capables de passer partout. Ils seront présentés en version de pré-série dans un mois.

Au pays de la Jeep, les 4×4 purs et durs étaient jusqu’à présent passés au travers de la vague électrique. L’intérêt pour le public n’est néanmoins pas inexistant et des initiatives fleurissent régulièrement. C’est le cas de Bollinger Motors, un constructeur indépendant qui développe depuis deux ans des franchisseurs électriques, le SUV B1 et le pick-up B2, et qui a annoncé dans une vidéo en date du 21 août leur présentation.

Déjà aperçus au stade de prototype dans de nombreuses autres vidéos, les deux véhicules de pré-série apparaissent en phase de fabrication dans les ateliers de la marque. On devine un assemblage à la main de ces deux mastodontes dont le look anguleux rappelle feu le Land Rover Defender.

Des 4×4 élitistes

Encore mystérieux question prix, les 4×4 Bollinger ne devraient pas être donnés. Outre l’assemblage à la main qui devrait perdurer (se doter d’une chaîne d’assemblage automatisée représente des coûts trop importants pour un constructeur émergent), les B1 et B2 affichent des caractéristiques techniques qui les classent hors catégorie par rapport au reste de la production, qu’elle soit électrique ou thermique. Les deux moteurs placés sur les deux essieux cumulent ainsi 614 chevaux, 905 Nm de couple, tandis que la batterie de 120 kWh devrait permettre d’atteindre les 300 km d’autonomie.

Apparaissant déjà dans des vidéos, les 4×4 Bollinger promettent des capacités de franchissement dignes des meilleurs. // Youtube Bollinger Motors

Une puissance digne des sportives les plus exclusives… Mais les 4×4 Bollinger ont avant tout été conçus pour pouvoir passer partout. Leur garde au sol et leur angle d’attaque annoncés comme généreux devraient effectivement permettre aux B1 et B2 de parcourir des terrains très accidentés. En hors-piste, c’est également la gestion des quatre roues motrices qui importe, et on est curieux de voir celle de Bollinger à l’oeuvre.

Toujours est-il qu’il sera possible à ses futurs acquéreurs de déplacer beaucoup, beaucoup de choses grâce aux 2,2 tonnes de charge utile des engins (charge qui peut être emportée en plus du poids propre au véhicule) et sa capacité de remorquage de 3,4 tonnes.

On a donc hâte de voir les futurs tout-terrains de la marque. Promis pour 2021, ils devront composer avec la concurrence de Rivian qui prépare lui aussi un SUV et un pick-up pour l’horizon 2020.

Partager sur les réseaux sociaux