Les clients américains de Jaguar qui possèdent également une Tesla pourront bénéficier de 3 000 $ de remise.

C’est une offre peu commune que propose Jaguar à ses clients américains. À court d’idées pour vendre son I-Pace, le constructeur a décidé de cibler les propriétaires de Tesla en leur proposant une remise de 3 000 $, apprend-on sur Engadget. Une remise intéressante, malgré un prix d’appel de 69 500 $ pour l’I-Pace aux USA, d’autant que le premier SUV électrique du constructeur regorge de qualités.

Jaguar I-Pace // Source : Numerama

Pour bénéficier de cette remise, les propriétaires de Tesla doivent fournir la preuve qu’il possèdent bien un véhicule de la marque californienne dans leur foyer. L’offre est d’autant plus intéressante qu’elle peut être cumulable avec d’autres remises. Au total, le prix de l’I-Pace peut s’alléger de 15 000 $… Suffisant pour stimuler ses ventes ? À ce prix, l’I-Pace devient plus abordable que l’Audi e-tron et s’affiche comme une alternative (légèrement) plus habitable (l’habitabilité désigne l’espace disponible à l’intérieur de la voiture) qu’une Tesla Model 3.

L’I-Pace étouffé par la concurrence ?

L’avenir commercial de l’I-Pace reste néanmoins préoccupant. Avec 217 ventes en moyenne chaque mois aux États-Unis, ses volumes ne décollent pas, souligne InsideEvs. En Europe, les chiffres ne sont guère plus encourageant. Le SUV cumulait depuis janvier 212 ventes en France à la fin mai (chiffres AAA Data présentés par l’Avere-France).

Face à un Model X plus puissant et à l’autonomie plus élevée (mais également plus cher) qui de surcroît bénéficie du réseau de superchargeurs, alors que le réseau Ionity (en partie financé par Jaguar) reste encore embryonnaire en Europe et inexistant aux États-Unis, l’I-Pace peine. L’arrivée sur le marché de nouveaux concurrents comme le Mercedes-Benz EQC ne devrait pas améliorer les choses. On souhaite un contexte plus favorable à la future XJ électrique, ce qui n’est pas gagné en raison des contraintes douanières qui se profilent pour toute la production de Jaguar dans l’ère post-Brexit.

Partager sur les réseaux sociaux