La start-up russe Aviar a dévoilé la R67, une « voiture muscle » électrique prenant les traits d'une Mustang de 1967.

« La première muscle car électrique avec une accélération incroyable et un haut niveau de confort », peut-on lire sur le site officiel qui présente la R67, un véhicule peu commun signé par la startup russe Aviar Motors, ce 17 décembre 2018.

Sous les traits d’une Mustang Shelby GT500 de 1967 se cache un véritable bolide aux performances vertigineuses — sur le papier. Ainsi, Aviar clame que sa R67 serait capable d’avaler le 0 à 100 km/h en 2,2 secondes et de monter à une vitesse maximale de 250 km/h. Le tout avec une bonne dose de nostalgie.

Aviar R67 // Source : Aviar

La nostalgie s’empare aussi du secteur automobile

Cette R67 n’est pas sans rappeler la Mustang de 1960 ressuscitée par Charge Automotive, à ceci près qu’Aviar n’a pas peur d’accoler des gros chiffres à son engin. Outre l’accélération impressionnante, le constructeur table sur une autonomie de 507 kilomètres (avec quel cycle ?) grâce à une batterie de 100 kWh installée sur le plancher.

Bien évidemment, la R67 est une quatre roues motrices, avec un moteur installé sur chaque essieu. Pour appuyer la sportivité, Aviar promet un aileron arrière qui se lève et s’abaisse en fonction de la vitesse, ainsi qu’une reproduction fidèle des bruits typiques de la légendaire Shelby GT500 — on demande à entendre.

Aviar R67 // Source : Aviar

Malgré cet extérieur très old school, notamment caractérisé par un toit fuyant (fastback), la R67 n’est technologiquement pas en reste. Outre les poignées de porte affleurantes (comme les Model S et X de Tesla), on retrouve un immense écran au centre (comme les Model S et X de Tesla) avec très peu de boutons physiques. D’après les photos, l’habitacle est très minimaliste.

En prime, Aviar n’a pas oublié de cocher la case Automatic Pilot, une assistance de pilotage qui assure sécurité et confort — dixit la startup.

Si Aviar a tout dit ou presque sur sa R67, il a quand même oublié l’essentiel : la date de commercialisation et le prix. On imagine qu’il sera très élevé et que les quantités seront limitées.

Partager sur les réseaux sociaux