Dyson annonce un casque audio qui emprunte à la marque son savoir-faire côté purification d’air. Le résultat ? Un produit qu’on aurait pu très sincèrement prendre pour un poisson d’avril.

Dyson Zone : voilà comment Dyson a nommé son premier casque audio à réduction de bruit active. Et comme le constructeur ne fait rien comme les autres, il a aussi ajouté à son produit une sorte de visière qui purifie l’air devant la bouche de la personne qui le porte. Le résultat est un produit étonnant, directement pensé pour un monde où la pollution de l’air est devenue une préoccupation des grandes entreprises de la tech qui cherchent la meilleure solution pour protéger les individus — à défaut d’avoir su régler le problème à la source.

Un produit résolument étrange

La première partie du Dyson Zone est simple à comprendre : un casque audio tout ce qu’il y a de plus classique, avec la promesse d’une restitution parfaite du son en haute qualité. La réduction passive des oreillettes larges s’accompagne d’une réduction active directement dans les écouteurs, qui sera contrôlée par des microphones placés sur le casque. En bref, une technologie largement connue et maîtrisée par Bose, Sony ou Apple dans les casques et écouteurs haut de gamme.

Mais le petit twist du produit est bien évidemment cette bande qui passe devant le bas du visage, sans le toucher. Elle ressemble aux visières de protection inversées que l’on a pu voir apparaître pendant la pandémie de Covid-19 et qui n’offraient, d’après nos tests de différentes gammes de visières, pas une grande protection. Mais point de virus dans ce projet, Dyson promet autre chose : protéger son utilisateur de la pollution, en filtrant jusqu’à 99 % des particules polluantes dans l’air ambiant.

WP01-AT_Cat-PreLaunch_Banner
Le Dyson Zone // Source : Dyson

Pour cela, la visière s’appuie sur les technologies de filtration que Dyson maîtrise à la perfection. On peut penser aux purificateurs d’air pour l’intérieur des habitations, mais aussi aux filtres que l’on trouve dans les aspirateurs Dyson et qui permettent de filtrer les poussières aspirées, même les plus fines, afin que l’air éjecté soit le plus pur possible. La miniaturisation de ces technologies amène donc une visière rattachée à la partie casque par des aimants et qui projette de l’air vers la bouche et le visage. Cet air est passé par les filtres présents dans la visière et Dyson affirme purifié des particules polluantes. Pour résumer, vous vous retrouvez avec votre propre petit purificateur d’air transportable.

Des médias américains comme The Verge ont pu essayer un prototype de ce Dyson Zone, auquel la marque n’a pas encore donné de prix. Les promesses semblent tenues au niveau de l’audio et la sensation semble bonne côté flux d’air. Cela dit, le journaliste ne peut s’empêcher de noter qu’il entendait le bruit des ventilateurs, que le produit est énorme malgré la miniaturisation… et que vous ne passerez pas inaperçus en le portant. Vu le look, il semble clair que l’acceptation sociale d’un tel objet n’est pas acquise. D’autres questions restent sans réponse : la durée de vie de l’engin sur batterie et la pénibilité pour changer un filtre tous les ans sont des données cruciales pour savoir si le produit peut espérer être utile.

Quoi qu’il en soit, Dyson compte bien commercialiser son produit à l’automne et il est clair qu’il s’agit d’un des objets les plus intrigants de l’année.

dyson-zone-2
Les prototypes du Dyson Zone // Source : Dyson