Il sera désormais interdit de publier des photos ou des vidéos de personnes sans leur consentement sur Twitter. Le cas échéant, le réseau social s’engage à les supprimer après signalement.

Twitter modifie, ce 30 novembre, ce qu’il est autorisé de publier ou non sur ce réseau. Dans un billet publié sur son blog, le réseau social à l’oiseau bleu indique qu’il sera désormais interdit de publier des photos ou des vidéos de personnes sans leur consentement.

« Partager des médias personnels, tels que des images ou des vidéos, peut représenter une intrusion dans la vie privée d’une personne et peut entraîner des dégâts émotionnels, voire physiques », fait valoir Twitter.

Il n’est pas question ici de demander en amont de chaque publication un document prouvant que la personne visible sur une photo ou une vidéo est d’accord pour que ce contenu soit diffusé. Néanmoins, si la personne visible sur le contenu ne consent pas à l’usage qui est fait de son image, elle pourra l’indiquer à Twitter qui agira en conséquence.

Twitter supprimera les photos et les vidéos partagées sans consentement

« Si une personne visible dans le contenu, ou son représentant officiel, nous informe qu’elle n’a pas consenti au partage d’une image ou d’une vidéo privée, nous la supprimerons », indique la société. Twitter rappelle qu’il dispose d’un panel de sanctions qui peuvent s’appliquer lorsqu’un utilisateur ou une utilisatrice contrevient régulièrement à son règlement — cela peut aller jusqu’à la suspension de compte.

Le réseau social qui vient de nommer Parag Agrawal comme nouveau PDG, après le départ de Jack Dorsey a précisé que « cette politique ne s’appliquera pas aux médias qui diffusent l’image de personnalités publiques. » La diffusion d’images de personnalités publiques à des fins de harcèlement demeure cependant interdite. L’interdiction de poster des photos ou des vidéos de particuliers sans leur consentement est valable à compter de ce 30 novembre, dans le monde entier.

À noter qu’il était déjà interdit de diffuser plusieurs types d’informations relatives à des personnes privées. C’est notamment le cas des informations suivantes :

  • l’adresse ou des données de localisation d’une personne
  • ses papiers d’identité (passeport, carte d’identité)
  • ses coordonnées (téléphone personnel, email privé)
  • ses informations financières (numéro de compte bancaire et de CB)

Il est également strictement interdit de menacer une personne de publier ce type d’informations.