Un collectif crypto, ConstitutionDAO, cherche à acheter une version rare de la Constitution des États-Unis qui sera mise aux enchères le 18 novembre par Sotheby's. En une semaine, le groupement a réussi à réunir plus de 40 millions de dollars en Ethereum.

Qui a dit que les amateurs de cryptomonnaies ne s’intéressaient pas aussi aux anciens manuscrits ? Le collectif ConstitutionDAO nous le montre aujourd’hui : composé d’amateurs de crypto, ce groupement tente de mettre la main sur une version rare de la Constitution américaine qui sera mise aux enchères ce 18 novembre, à 18h30 heure EST (minuit et demi à Paris).

L’enchère est organisée par la maison Sotheby’s et ConstitutionDAO est désormais bien placé pour la remporter. En moins d’une semaine, le collectif est en effet parvenu à collecter plus de 40 millions de dollars en Ethereum, afin d’enchérir sur le précieux document. C’est nettement plus que la cible que le groupement espérait atteindre. ConstitutionDAO se donnait pour objectif de réunir entre 15 et 20 millions de dollars — une fourchette qui correspond à la valeur estimée de la copie de la Constitution américaine qui sera vendue ce 18 novembre.

ConstitutionDAO a levé 40 millions de dollars pour acheter une copie rare de la Constitution américaine. // Source : ConstitutionDAO

Comme l’explique le média Decrypt, ConstitutionDAO a réussi à attirer plus de 15 000 personnes. Le 17 novembre a été une journée particulièrement bonne pour les organisateurs du projet puisqu’ils ont reçu plus de 5 millions de dollars de dons, dont quatre millions d’un donneur anonyme.

Maintenir la copie de la Constitution dans la sphère publique

Mais que fera le collectif de la copie de la Constitution américaine s’il parvient à remporter l’enchère ? L’idée n’est évidemment pas d’attribuer à chaque donateur des « jours de garde » et, encore moins, un morceau du précieux document. L’objectif global affiché dès le départ par le collectif est de maintenir cette copie rare de la Constitution des États-Unis dans la sphère publique.

« Le Web3 (ndlr : concept qui renvoie à un internet décentralisé avec des blockchains publiques) renvoie à l’idée de décentraliser les biens publics. Quel objet peut davantage prétendre à ce titre que la Constitution qui a fondée notre pays », explique un des participants, Ittai Svidler, au média Décrypt.

Comme le souligne Gizmodo, le projet comporte toutefois des risques. ConstitutionDAO promet que s’il ne remporte pas l’enchère, il renverra aux donateurs leurs fonds. Le collectif rappelle toutefois que les technologies utilisées pour former un DAO (Decentralized Autonomous Organisation) restent exposées à certaines menaces telles que le vol ou le hack. En 2016, un DAO avait ainsi été hacké, conduisant au vol de 50 millions de dollars.

Un projet crypto qui comporte des risques

Interrogé par Gizmodo, Andrew Miller, professeur assistant de l’université de Illinois, et directeur associé de l’Initiative pour les Cryptomonnaies et les Contrats (IC3) rappelle que ce type de projets comportent aussi le risque d’être organisés par des personnes malintentionnées ou d’être détourné par un des participants. Pour participer à un DAO, les internautes achètent en effet des « droits de vote » en versant des cryptomonnaies. Ces droits de vote leur donnent la possibilité d’indiquer dans quoi le DAO devrait investir. Le risque est donc qu’un participant ayant une grande quantité de droits de vote puisse détourner le projet de son objectif de départ.

Reste à voir donc si le DAO remportera l’enchère et tiendra ses promesses. ConstitutionDAO n’a pas encore réglé tous les détails sur la manière dont le document sera mis à disposition du public s’il remporte l’enchère, mais le collectif souhaite l’entreposer dans un lieu ouvert au public, un musée par exemple. La possibilité de faire voyager le document afin de le rendre accessible aux habitants et habitantes de différentes zones géographiques est également étudiée.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo