Binance, la plus grande plateforme d'échange de cryptomonnaies au monde, a connu une importante panne en mai, lorsque le cours du bitcoin a chuté brutalement. Certains utilisateurs, qui n'ont pas pu avoir accès à leur compte à ce moment-là, envisageraient des actions en justice.

Le 19 mai 2021, le cours du bitcoin a connu une chute soudaine et brutale. Alors qu’il se vendait à minuit à 35 000 euros, à 15h, le prix avait plongé à 27 000 euros. Cette diminution de plus de 20 % de la valeur du bitcoin, en quelques heures seulement, a paniqué les marchés et les propriétaires de bitcoin, qui ont cherché à vendre leurs possessions tant que le cours était encore relativement haut.

Mais, pour beaucoup d’utilisateurs de Binance, ce fut impossible de vendre ce 19 mai, rapporte le Wall Street Journal. « Pendant une heure, explique le journal américain, Binance, la plus grande plateforme au monde d’échange de cryptomonnaies, était inaccessible, alors que le prix du bitcoin et d’autres cryptomonnaies chutait. »

L’évolution du cours du bitcoin le 19 mai 2021 // Source : Coimarketcap.com

Si le cours du bitcoin est finalement reparti à la hausse quelques heures après, pour beaucoup d’utilisateurs de la plateforme, il était déjà trop tard. Certains d’entre eux ont perdu des dizaines de milliers de dollars, raconte le Wall Street Journal, qui a pu interviewer des utilisateurs de Binance. Et maintenant, ils exigent réparation.

Pas de réparations

Parmi les utilisateurs de Binance interviewés par le Wall Street Journal, on retrouve Anand Singhal, qui raconte avoir perdu près de 74 000 euros. Anand, qui avait placé un pari sur la hausse des marchés, a été incapable d’accéder à son compte sur Binance pendant plus d’une heure, alors que les prix chutaient et que la plateforme prélevait sur son compte les sommes qu’il avait pariées — sans pouvoir rien y faire.

Contacté par les journalistes du Wall Street Journal, un porte-parole de Binance a expliqué l’inaccessibilité de la plateforme par la forte demande et le nombre très important de connexions à ce moment-là, créant ainsi un «  goulot d’étranglement ». « Nous avons immédiatement pris des mesures pour contacter les utilisateurs concernés par ce problème et pour leur faire parvenir des compensations, et nous serons heureux d’aider toutes les personnes qui ont rencontré ce problème », a-t-il également indiqué.

Mais ce sont justement les propositions de compensations qui posent problème aux nombreuses personnes touchées par la panne de Binance. Anand Singhal a expliqué au Wall Street Journal que Binance avait contacté un de ses amis afin de lui proposer une compensation : un «  upgrade » de son compte pour accéder gratuitement pendant trois mois à la plateforme de vente VIP de Binance. Une offre qui peut non seulement sembler dérisoire au vu des sommes perdues par certaines membres, mais qui, surtout, avait une condition : en échange de l’accès à la plateforme VIP, toute personne devait s’engager à renoncer pour toujours à porter plainte contre Binance et à demander réparation. La plateforme aurait, de plus, menacé de retirer cette offre si la personne rendait publique la proposition qui lui avait été faite.

Binance risque un procès en France // Source : Executium / Unsplash

Une action collective en préparation en France

Anand Singhal, qui a déclaré au Wall Street Journal avoir été «  traumatisé » par l’histoire, a également indiqué son intention d’obtenir réparation. Il explique avoir rejoint un groupe de plus de 700 traders, qui travaillent avec une avocate en France afin de se faire rembourser leurs pertes. Plusieurs avocats représentent également un groupe de personnes ayant subi des pertes en Italie, et ont envoyé des courriers à Binance à 11 adresses différentes en Europe, indique le Wall Street Journal.

Binance, qui attire des utilisateurs du monde entier, n’a pas de présence physique facilement localisable, ni de siège social officiel — le fondateur de la plateforme, Zhao Changpeng, a déclaré que Binance n’avait pas d’adresse officielle parce que le bitcoin n’en avait pas non plus. Et le fait que Binance n’a pas de vraie présence physique est l’un des points que soulève le journal. Toute tentative d’obtenir réparation est rendue extrêmement complexe.

« Binance a rendu très difficile le fait de lui demander des comptes, surtout pour les utilisateurs lambda de la plateforme », a expliqué au Wall Street Journal Aija Lejniece, l’avocate qui conseille le groupe de plaignants en France. Elle a également indiqué aux journalistes du Wall Street Journal qu’elle espérait qu’une action de groupe permettrait d’obtenir de meilleurs résultats, et que les membres du groupe puissent obtenir une « compensation complète pour leurs pertes ».

En plus de l’action collective envisagée en France et des demandes de réparation adressées par les avocats italiens, Binance rencontre en ce moment énormément de problèmes, partout dans le monde. Les autorités financières du Royaume-Uni ont récemment fait part de leur volonté d’interdire tout ou une partie des activités de la plateforme dans leur pays, et la plateforme est sous le coup d’une enquête aux États-Unis et en Thaïlande. Au Japon, au Canada et en Allemagne, la plateforme est également accusée d’exercer sans autorisation.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo