Les autorités financières de Thaïlande ont déposé une plainte contre Binance pour « exploitation d'une plateforme d'échange d'actifs numériques sans licence d'exploitation ». Binance, la plus importante plateforme d'échange de cryptomonnaies au monde, connait une période difficile.

Les mauvaises nouvelles s’accumulent pour Binance. La plus grande plateforme d’échange de cryptomonnaies au monde est visée par une plainte pénale, émanant des autorités financières de Thaïlande, rapporte Reuters.

C’est un nouveau coup dur pour la plateforme, qui voit ces derniers temps les enquêtes pour non-régulation et les interdictions s’enchainer contre elle. La Thaïlande pourrait bientôt être dernier pays à s’ajouter à une longue liste de pays où l’activité de Binance est interdite partiellement. Mais surtout, la plainte en Thaïlande pourrait en entrainer d’autres.

Binance // Source : Vadim Artyukhin / Unsplash

Une plainte pour « exploitation sans licence d’exploitation »

La plainte déposée par les autorités thaïlandaises est pour «  exploitation d’une plateforme d’échange d’actifs numériques sans licence d’exploitation ». La Commission de régulation du pays a indiqué dans un communiqué de presse, repris par Reuters, que la plateforme avait jusque là opéré dans le pays sans avoir reçu de licence – ce qui est interdit en Thaïlande.

La Commission aurait par ailleurs averti Binance sur sa situation en avril, mais n’aurait « jamais reçu de réponse », rapporte Reuters. La plainte marque le début d’une enquête par la police du pays. Si la plateforme est déclarée coupable au terme de l’enquête, la peine prévue est de 5 ans d’emprisonnement maximum, selon Reuters. En plus de la peine de prison, Binance pourrait recevoir une amende d’un maximum de 500 000 bahts, soit à peine plus que 13 000 euros, plus une amende de 10 000 bahts (260 euros) par jour supplémentaire où la plateforme exerce sans avoir de licence. La somme paraît cependant dérisoire pour Binance, qui a réalisé presque un milliard de dollars de profit en 2020 selon son PDG.

L’accumulation des actions et des interdictions contre Binance n’est cependant pas une bonne nouvelle pour la plateforme. En plus d’être déjà sous le coup d’une enquête aux États-Unis, d’un avertissement au Canada et au Japon, et d’une interdiction partielle de son activité au Royaume-Uni, Binance pourrait bientôt être inquiétée à Singapour.

Peu après l’annonce du dépôt de plainte en Thaïlande, les autorités financières de Singapour, l’une des plus importantes places financières d’Asie, ont déclaré qu’elles allaient « surveiller » Binance.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo