La Commission européenne a publié au Journal officiel une décision préparant l'arrivée du Wi-Fi 6E : les États membres ont jusqu'au 1er décembre pour s'y conformer.

L’Europe s’engage enfin dans le virage du Wi-Fi 6E. Au Journal officiel du 30 juin de l’UE, a été publiée la décision de la Commission autorisant tous les États membres à se servir de ce protocole de communication sans fil sur de nouvelles fréquences, situées entre 5 945 et 6 425 MHz — celles-ci sont communément désignées sous l’appellation de bande 6 GHz –, en plus de celles déjà en place.

Aujourd’hui, le Wi-Fi utilise deux portions du spectre radioélectrique : la bande dite 2,4 GHz (qui recouvre la tranche allant de 2 400 à 2 483,5 MHz) et la bande 5 GHz (qui elle va de 5 150 à 5 350 MHz, ainsi que de 5 470 à 5 725 MHz). En l’état actuel des choses, le Wi-Fi a donc accès à 538,5 MHz du spectre. Or le Wi-Fi 6E donne accès à une troisième portion du spectre et, in fine, a 480 MHz de fréquences en plus.

Le WI-Fi va pouvoir se déployer sur une troisième bande de fréquences. // Source : CCO/Flickr

Plus de débit, moins de latence avec le Wi-Fi 6E

Le déploiement du Wi-Fi à un autre endroit du spectre radioélectrique entend répondre à plusieurs problématiques : les bandes actuelles utilisées par le Wi-Fi sont soumises à des contraintes de partage avec d’autres utilisations. Il y a aussi l’enjeu des débits qui doivent suivre, à mesure que de nouveaux usages et besoins émergent. Par ailleurs, il y a aussi des risques d’interférence à prendre en compte.

Avec 480 MHz de spectre contigu, le Wi-Fi 6E ne se retrouve donc pas dans la situation du Wi-Fi 5 GHz qui doit, rappelle l’Agence nationale des fréquences, écouter la bande avant d’émettre et changer de canal lorsqu’il détecte un signal radar. Il offre de fait des canaux de communication plus larges (six canaux de 80 MHz ou trois canaux de 160 MHz), ce qui ouvre la voie à des débits plus importants, entre autres.

Outre des vitesses de téléchargement plus importantes, le Wi-Fi 6E va aussi, selon le consortium Wi-Fi Alliance, « offrir de meilleures performances réseau et prendre en charge plus d’utilisateurs Wi-Fi à la fois, même dans des environnements très denses et encombrés ». Il faudra pour cela détenir des appareils compatibles certifiés Wi-Fi 6E. Ce processus est en cours depuis le début de l’année.

Il est demandé aux États membres de mettre à disposition au plus tard le 1er décembre 2021 les fréquences 5 945-6 425MHz, « sur une base non exclusive, sans brouillage et sans protection ». Libre ensuite aux pays de s’adapter plus tôt. Il n’est pour autant pas nécessaire de se précipiter : un seul appareil Wi-Fi sur cinq devrait être adapté au Wi-Fi 6E en 2022, selon IDC.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo