Le Conseil de Paris a approuvé la charte de la téléphonie mobile. Les opérateurs vont pouvoir lancer vraiment la 5G dans la capitale.

La couverture de la population française en 5G est sur le point de faire un gros bond en avant, en ajoutant les 2 millions de personnes vivant à Paris, ainsi que celles et ceux qui sont simplement de passage dans la capitale. En effet, ce mercredi 10 mars marque un tournant dans le déploiement de l’ultra haut débit mobile : le Conseil de Paris a donné son feu vert, en adoptant une charte dédiée.

La proposition d’un moratoire, qui aurait prolongé l’absence de la 5G à Paris, a été, de fait, écartée. Selon France Bleu, les Verts plaidaient pour temporiser davantage — le début de la 5G dans l’Hexagone a commencé fin novembre, avec l’allumage des premiers réseaux par les opérateurs, mais la Ville-Lumière s’est tenue à l’écart pendant plus de quatre mois, le temps de fixer une nouvelle charte avec les opérateurs.

Une 5G qui devrait être rapidement disponible

Ces derniers guettaient, semble-t-il, la nouvelle, parce que les premiers témoignages à Paris de signaux 5G captés par les smartphones ont émergé sur les réseaux sociaux. Ainsi, notre consœur Melinda Davan-Soulas, qui officie chez Frandroid, indique avoir pu se connecter au réseau 5G de Bouygues Telecom de Paris pendant un moment, mais la connexion n’est pas maintenue dans la durée.

Il est à noter que des portions de Paris, surtout en périphérie, étaient déjà couvertes en 5G, mais de manière très indirecte. Les opérateurs déploient des fréquences 5G tout autour de la capitale, dans les communes qui ne s’y opposent pas. Or évidemment, les ondes 5G qui se propagent dans la petite couronne ne s’arrêtent pas à une frontière invisible, qui serait symbolisée par le périphérique parisien : elles débordent plus ou moins dans Paris, sur quelques centaines de mètres parfois.

Quoiqu’il en soit, le déploiement de la 5G pourrait aller très vite dans la capitale, car les opérateurs se servent beaucoup de fréquences qu’ils utilisent déjà pour la 4G. Ainsi, la bande 2,1 GHz est employée par Orange, SFR et Bouygues Telecom pour la 5G. Free, lui, s’appuie beaucoup sur la bande 700 MHz. Il ne manque plus que la bande 3,5 GHz, qui elle est réellement nouvelle.

Antennes 5G
Les opérateurs utilisent aussi des fréquences qui viennent d’installations déjà en place, y compris à Paris. // Source : Melvyn Dadure pour Numerama

La charte impose diverses obligations aux opérateurs, qui ne concernent d’ailleurs pas que la 5G. Elle inclut des exigences pour limiter de l’exposition aux ondes et  informer le public sur l’installation des antennes. Un observatoire incluant en son sein des élus, opérateurs, particuliers, associations, experts scientifiques et agences spécialisées est aussi constitué pour suivre la bonne application de la charte dans le temps.

Au-delà des initiatives spécifiques à Paris, les autorités à l’échelon national ont aussi pris des dispositions pour rassurer sur l’innocuité de l’ultra haut débit mobile. Bien avant que ne s’ouvrent les réseaux 5G, des stations expérimentales ont été utilisées, ce qui a permis de suivre l’intensité et la circulation des ondes. Il a aussi été promis une hausse des contrôles pour les smartphones et les antennes-relais.

Et depuis novembre, l’Agence nationale des fréquences a fait installer trois capteurs dans le huitième arrondissement de Paris pour que suivre l’exposition aux ondes. Ce dispositif a par la suite été étendu à d’autres villes, comme Nantes et Marseille. Ces capteurs ne se limitent d’ailleurs pas à l’exposition de la 5G, mais ratissent plus large en enregistrant aussi les valeurs des ondes utilisées dans d’autres circonstances.

C'est sûr : vous payez votre forfait 4G trop cher

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo