Montblanc a décidé de se lancer sur le segment des casques sans fil haut de gamme. Son MB 01 est un premier essai concluant, mais dont le prix atteignant presque les 600 euros n'est pas justifié.

On ne teste pas tous les jours des casques vendus près de 600 euros, même s’il y aura bientôt les AirPods Max d’Apple (629 euros) et même si les audiophiles vous diront que les produits les plus haut de gamme sont proposés à des tarifs encore plus chers. Par son positionnement luxe, Montblanc pouvait difficilement commercialiser un premier casque audio abordable. Son MB 01 coûte 595 euros. Pour ce prix, il compile bien évidemment les deux fonctionnalités indispensables du moment : l’absence d’un fil (sauf pour la recharge) et la réduction de bruit active.

Montblanc ajoute à l’accessoire sa griffe, à commencer par un design qui allie plusieurs matériaux raffinés. On peut se demander pourquoi l’entreprise a décidé de se lancer sur un segment concurrentiel qu’il est loin de maîtriser et où sa légitimité reste à faire. En réalité, Montblanc voit le MB 01 comme un produit de voyage, celui que sa clientèle sera ravie d’arborer avec un sac ou une valise. Tout l’enjeu est de savoir si, oui ou non, ce MB 01 vaut les 595 euros qu’il réclame. La réponse est entre le oui et le non car, à ce niveau de tarif, on est en droit d’attendre un sans faute sur tous les critères.

Le casque Montblanc et sa pochette // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Design exquis, finitions décevantes

Le MB 01 est un très joli casque, peut-être le plus joli que nous ayons jamais eu entre les mains. Connu pour ses produits esthétiquement exquis, Montblanc, qui défend les valeurs artisanales, ne déçoit pas sur ce point. Le cuir — véritable — sent merveilleusement bon, l’aluminium habillant l’arceau brille de mille feux (un peu trop d’ailleurs) et le silicone des oreillettes est aussi étonnant que doux au toucher. La structure souple permet de replier le casque sur lui-même, facilitant son rangement dans une pochette fournie (on aurait préféré une coque, au regard du prix). On remarque que l’arceau n’est relié aux oreillettes que sur la partie arrière, conférant un look un tantinet atypique. De chaque côté des branches, on retrouve le logo en forme d’étoile représentant les six vallées du Mont Blanc. L’entreprise a aussi marqué les câbles de son empreinte.

Le MB 01 pêche un peu du côté des finitions

Si raffiné soit-il, le MB 01 pêche un peu du côté des finitions — un point inacceptable pour du très haut de gamme. Notre exemplaire, prêté par la marque, accuse d’un criant manque de soin accordé aux détails, notamment quand on se penche sur la peinture métallique appliquée sur l’arceau. Le résultat n’est pas net, parfois irisé (le bout des branches), voire mal posé. On a aussi remarqué que le rail permettant à l’arceau d’être réglé en hauteur a tendance à accrocher la teinte de l’aluminium.

On craint pour la durabilité de l’objet, qui attrape les traces de doigt et semble pouvoir se griffer très rapidement. On attendait beaucoup mieux de Montblanc sur ce critère très important, qui plus est quand on investit une telle somme d’argent. Peut-être que notre exemplaire est anormalement endommagé. Par conséquent, on conseillera aux nouveaux propriétaires de bien vérifier que les finitions soient à la hauteur des attentes, passé le premier déballage.

Peinture qui se craquèle sur le casque Montblanc MB 01 // Source : Maxime Claudel pour Numerama
Peinture irisée sur le casque Montblanc MB 01 // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Où est l’application compagnon ?

Au lancement, Montblanc n’avait visiblement pas envie de s’embarrasser d’une application compagnon avec son MB 01, qui se connecte simplement à votre appareil via les paramètres Bluetooth. Petit conseil sur ce point : veillez à appuyer suffisamment longtemps sur le bouton d’allumage pour enclencher correctement le processus (les diodes renseignant sur le niveau d’autonomie doivent clignoter). La configuration s’est montrée capricieuse lors de notre banc d’essai et, par exemple, nous ne sommes pas parvenus à lier le MB 01 à notre MacBook Air sans le supprimer de notre iPhone au préalable.

Montblanc n’a pas encore mis à disposition l’application compagnon pour jouer sur les paramètres du MB 01 ou activer/désactiver des fonctionnalités (exemple : la réduction de bruit active). En attendant, le casque s’en remet à des boutons disposés sur l’oreillette droite. Outre celui dédié à l’allumage, on retrouve un sélecteur de volume qui tombe naturellement sous l’index et deux raccourcis (un peu pour lancer Google Assistant, un autre pour la réduction de bruit active et le mode ambiant). Sur l’oreillette, on trouve un bouton masqué qui permet de mettre en pause ou de lancer la lecture.

Petite déception : le MB 01 ne se mettra pas automatiquement à l’arrêt si vous le retirer de votre tête — malgré ce qui est inscrit sur la boîte. Technologiquement parlant, le produit de Montblanc n’est donc pas le plus avancé, ni le mieux pourvu du marché.

Les boutons du casque Montblanc MB 01 // Source : Maxime Claudel pour Numerama

D’une légèreté appréciable

Montblanc voit le MB 01 comme un accessoire de voyage. Il fournit même un adaptateur pour le brancher dans un avion (double broche). Pour être un parfait compagnon de voyage, tel que c’est écrit sur le packaging, le casque doit être irréprochable en matière de confort. À l’usage, force est de reconnaître qu’il l’est. Il doit d’abord cette qualité à sa légèreté (280 grammes), qui aide à amoindrir le sentiment d’écrasement quand on porte un casque. Le poids est intelligemment réparti et la souplesse permet au MB 01 de se placer sans trop enfermer le crâne.

On peut également mettre en avant la qualité des oreillettes, dotées d’un rembourrage qui s’enfonce très bien au moment d’entourer l’oreille. En termes de confort, le MB 01 est vraiment un exemple à suivre.

L’intérieur du casque Montblanc MB 01 // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Ok, le rendu sonore est bluffant

Parce que son prix titille les 600 euros, le MB 01 doit résolument être irréprochable sur le terrain du rendu sonore. D’autant qu’on nous promet une expérience acoustique exceptionnelle. Pour transformer son ambition en réalité, Montblanc s’est rapproché d’Alex Rosson, un expert qui vend des casques audiophiles très haut de gamme à plus de 2 000 dollars. On le ressent dès les premières secondes en compagnie du MB 01, qui s’appuie sur une signature sonore toute en délicatesse. La scène est présentée avec précision et justesse, s’attachant à faire respirer la moindre note dans un ensemble très cohérent. L’équilibre est là, avec des basses confortables, des médiums aiguisés et des aigus qui appuient quand il le faut.

Une expérience premium

Montblanc ne pouvait pas vraiment se tromper avec le rendu de son MB 01, puisqu’il est imposé en l’absence d’un égaliseur avec lequel l’utilisateur pourrait jouer. On se retrouve alors avec une expérience premium, jouant moins la carte de l’esbroufe, davantage celle de la pureté. C’est cristallin, un peu déroutant mais on sent vraiment que le moindre morceau est mis en exergue avec attention, au point d’entendre des informations jusqu’alors imperceptibles. En prime, on profite d’un découpage pertinent entre les différents plans et d’une puissance qui implique de ne pas trop monter le volume (sinon, on entendra de l’extérieur).

Sur la réduction de bruit active, le MB 01 n’échappe pas au phénomène de léger souffle qui s’invite quand la musique est sur pause. En revanche, il s’en tire à merveille quand il faut enfermer l’utilisateur dans ce que l’on appelle une bulle de tranquillité — une fois la musique déployée. On aurait voulu mettre la technologie retenue par Montblanc à l’épreuve d’un vol en avion — compte tenu du positionnement — mais le confinement nous en empêche. Il est simplement dommage de ne pas pouvoir l’ajuster comme on le voudrait, sachant que Bose et Sony restent imbattables sur cette fonctionnalité (ils atténuent beaucoup mieux les bruits, y compris les plus complexes).

Le logo du casque Montblanc MB 01 // Source : Maxime Claudel pour Numerama

20h pour assurer un trajet d’avion

Le MB 01 repose sur une autonomie de 20 heures grâce à sa batterie que l’on recharge par l’intermédiaire d’un port USB-C (câble fourni). Sur cette caractéristique, il est copieusement battu par le Sony WH-1000XM4, qui atteint presque les 30 heures en une seule charge. Il boxe finalement dans la même catégorie que le Headphones 700 de Bose.

En bref

Montblanc MB 01

Note indicative : 3/5

Peut-on vraiment conseiller le MB 01 de Montblanc ? Vous ferez assurément un joli cadeau de Noël à celle ou celui à qui vous l’offrirez. Mais les 595 euros qu’il réclame sont un peu trop élevés par rapport aux prestations globales. La signature sonore est bluffante et sans réel équivalent face à ses rivaux moins chers, mais l’écart de prix reste trop important pour la justifier à elle-seule.

D’autant que le MB 01 est loin d’être irréprochable dans tous les domaines. Son design, confortable, est exquis mais est trahi par des défauts de finition impardonnables au regard du positionnement de Montblanc (si l’on en croit les défauts présents sur notre exemplaire de test). Et, technologiquement parlant, il est très limité. Des soucis de jeunesse qui n’invite pas à l’indulgence, même pour une entreprise qui n’est pas spécialiste sur le segment.

Top

  • Design exquis, look premium
  • Belle signature sonore
  • Réduction de bruit performante

Bof

  • Finitions problématiques pour le prix
  • Pas d'application compagnon
  • 595 euros

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo