Ecosia, le moteur de recherche qui cherche à financer la plantation d'arbres, annonce qu'il participera à la prochaine vente aux enchères pour apparaître comme alternative à Google dans Android.

Il y aura bientôt un nouveau challenger pour participer aux enchères sur Android, qui permettent de mettre en avant trois moteurs de recherche alternatifs, en plus de Google, lors de la configuration du système d’exploitation mobile. Ecosia, une société allemande qui entend financer la plantation d’arbres par les requêtes des internautes, annonce qu’elle concourra à la future sélection, prévue en septembre.

Ces enchères, qui sont en place depuis le début de l’année 2020, sont la traduction des exigences de la Commission européenne, qui ne veut pas que Google se bombarde lui-même moteur de recherche par défaut dans Android. Aussi, pour éviter de se voir infliger des pénalités supplémentaires après une amende record, il a accepté en 2019 de proposer une liste de quatre moteurs : le sien et trois rivaux.

Ecosia ne plante pas directement des arbres, mais finance des programmes de reforestation dans divers pays, qui sont conduits par des organisations locales. // Source : Pixabay

Une participation à contrecœur

Au départ, Ecosia n’entendait pas participer à ce système, qui lui apparaît insuffisant et bancal. «  L’incapacité de Google à remédier efficacement à ses problèmes démontre un mépris de la politique européenne de la concurrence  », dénonce ainsi Christian Kroll, son patron. Mais entretemps, la crise sanitaire est passée par là et avec elle de lourds dégâts économiques.

« Les revenus d’Ecosia ont été touchés par la pandémie de Covid-19 , avec une baisse pouvant atteindre 1,2 million d’euros entre février et juin », admet l’entreprise allemande. « Il est donc essentiel de protéger la visibilité de la marque pour qu’Ecosia puisse continuer à investir dans des projets de plantation d’arbres ». Même si cela aboutit en quelque sorte à acheter de la visibilité, en gagnant ces enchères.

Ecosia ne précise pas si elle participera aux enchères dans l’ensemble des pays de l’Union européenne ou bien si elle ciblera certains États jugés clés. En effet, Google organise une enchère par pays, avec pour chacun d’eux trois places en jeu. Ecosia peut donc concourir 31 fois : pour les 28 pays membres de l’Union européenne, plus 3 pays additionnels : l’Islande, la Norvège et le Liechtenstein.

Le moteur de recherche Google ne participe pas aux enchères.

Sollicitée à ce sujet par Numerama, Ecosia n’a pas encore donné suite à notre demande de précision.

À l’heure actuelle, six moteurs de recherche alternatifs ont gagné au moins une enchère lors du dernier round, survenu le 1er juin 2020 et pour la période allant du 1er juillet au 1er septembre 2020. DuckDuckGo et Info.com apparaissent ont chacun gagné une place dans chaque pays. Le reste est partagé entre GMX (15 places), PrivacyWall (13), Seznam (2) et Qwant (1).

D’aucuns feront remarquer que ce ne sont que des moteurs de recherche alternatifs de petite envergure, et qu’il manque par exemple Bing, de Microsoft. Dans les faits, le moteur de recherche américain est indirectement présent dans ces sélections, car sa technologie de recherche et d’indexation est utilisée par Ecosia, mais aussi DuckDuckGo et Qwant, à des degrés divers.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo