Les 3 moteurs de recherche qui valoriseront le plus l'acquisition d'un utilisateur Android auront le droit d'être dans l'écran de configuration d'Android. Chaque mois, Google enverra la facture.

En 2020, Google va changer la configuration initiale d’Android pour l’Europe. Pour se conformer à la décision européenne qui intimait l’entreprise américaine de ne plus lier ses services à Android, Google a procédé par étape. La première a été de délier les smartphones du pack d’applications Android par défaut — comprenant notamment le Play Store et le navigateur Chrome, au centre des conflits. En plus de cela, un écran pour choisir le moteur de recherche par défaut a été mis en place. À partir de 2020, les Européens auront un tout nouvel écran à leur disposition lors de la configuration initiale d’un nouveau smartphone.

Comme on le voit sur la capture d’écran fournie par Google, cet écran présentera trois moteurs de recherche en plus de Google.

Nouvelle configuration d’Android // Source : Google

Le processus se rapproche de ce qu’a fait Microsoft confronté à pareil problème avec Windows et Internet Explorer : une fenêtre laissant plus de choix, d’emblée, au client.

Payer par utilisateur converti

Mais le plus intéressant est peut-être à aller chercher dans la communication faite aux moteurs de recherche eux-mêmes : pour avoir une place dans cette liste, il faudra… payer. À partir de janvier 2020, Google mettra en place un système d’enchère par pays européen, avec un tarif de base non communiqué. Les trois moteurs de recherche qui auront le plus enchéri au niveau national pour se positionner sur cette fenêtre seront les trois retenus. Point important : les enchères ne concernent pas l’achat d’une place, mais la somme qu’un moteur de recherche est prête à payer à Google par utilisateur l’ayant choisi comme moteur de recherche par défaut. Tous les ans, les enchères seront relancées.

Les moteurs de recherche auront jusqu’au 13 septembre 2019 pour manifester leur intérêt pour faire partie de l’écran. Les critères pour participer à ces enchères sont assez larges pour faire tenir des moteurs comme Qwant : par exemple, Google autorisera à participer les « moteurs de recherche qui syndiquent des résultats d’un autre moteur de recherche », ce qui est le cas en partie du Français avec Bing de Microsoft. Il faut en plus une traduction dans le pays que le moteur de recherche vise à conquérir et une application gratuite dans le Google Play Store.

Google gagne des utilisateurs ou de l’argent

Pour Google, il s’agit du système le plus « juste » et le plus « objectif » : il permet aux moteurs de recherche de mettre une valeur sur l’acquisition d’utilisateurs Android. Tous les mois, Google enverra une facture aux moteurs de recherche qui comptabilisera le nombre d’internautes ayant choisi leur service, multiplié par la somme annoncée par le moteur de recherche (dans le cas où elle ferait partie des trois plus élevées, bien entendu). Google ne communiquera publiquement ni le nombre de nouveaux clients, ni la somme.

Qwant n’a pas tardé à réagir par l’intermédiaire d’Éric Léandri, mécontent de l’option retenue par le leader de la recherche : « Google entend donc faire payer à ses concurrents son comportement fautif et le montant de son amende, tout en faussant la libre concurrence  ». L’entreprise française ne souhaite pas non plus être soumise «  à un accord de confidentialité imposé par Google  » et appelle l’Europe a faire respecter ses décisions.

Les gagnants par pays seront connus le 31 octobre 2019.

Partager sur les réseaux sociaux