« C'est trop cher », « c'est moche »... en 2020, le cloud gaming n'est pas encore reconnu comme une solution fiable, à cause d'idées reçues nombreuses. Pourtant, les services de jeu vidéo dans le cloud comme GeForce Now sont maintenant arrivés à maturité.

Alors que la sortie des consoles de nouvelle génération approche, le cloud gaming poursuit son chemin. Un service de cloud gaming comme GeForce Now de Nvidia permet de jouer à des jeux vidéo sur de nombreux supports (ordinateurs macOS et Windows, smartphones et tablettes Android) en laissant des serveurs distants s’occuper du traitement graphique. Avec une connexion à Internet à haut débit, il est ainsi possible de jouer à des jeux gourmands en ressources sur des ordinateurs ou d’autres supports qui n’en ont normalement pas la possibilité.

Surtout, la qualité des services de cloud gaming s’est largement améliorée. La compression permet de jouer avec des connexions plus lentes, la latence réduite ouvre le monde du jeu en ligne et les prix sont désormais très accessibles. Mais alors, quelles sont les idées reçues que l’on peut réfuter en 2020 ? L’exemple avec GeForce Now.

« Les jeux sont moches en passant par le cloud gaming »

Pour jouer dans le cloud, des serveurs situés à distance font fonctionner le jeu puis retransmettent le flux vidéo à l’utilisateur. Au début du cloud gaming, ces flux vidéos étaient parfois de mauvaise qualité, avec des artefacts visuels désagréables. Ce n’est plus le cas désormais. Même en déportant les calculs sur des serveurs éloignés, le service de GeForce Now permet d’atteindre une image en 1080p, jusqu’à 60 images par seconde, avec des réglages graphiques élevés. Pour parvenir à ce résultat, GeForce Now encode le flux vidéo avec un format limitant au maximum les pertes. Sauf pour les joueurs particulièrement attentionnés, il n’est pas simple de faire la différence entre un jeu tournant naturellement sur un PC ou sur GeForce Now.

The Division 2 depuis un MacBook Pro de 2015 grâce à GeForce Now.

Nvidia oblige, GeForce Now est compatible avec le ray tracing. Cette technologie de rendu graphique simule en temps réel le comportement naturel de la lumière. Dans les faits, la diffusion de la lumière et les reflets sont très proches de la réalité. Le ray tracing est compatible avec des jeux comme Wolfenstein : Youngblood, Control ou encore Metro Exodus.

« Il faut une grosse connexion Internet pour jouer dans le cloud »

Il n’est pas nécessaire d’avoir une connexion Internet à 1 Gb/s pour profiter pleinement du cloud gaming. Grâce à son encodage, GeForce Now annonce en effet qu’une connexion de 25 Mb/s suffit pour jouer à des jeux en 1080p à 60 images par seconde. Un débit d’au moins 15 Mb/s peut également convenir, mais pour des sessions de jeu en 720p.

Le client de GeForce Now contient un test de connexion.

Surtout, le service GeForce Now est particulièrement bon lorsqu’il s’agit de réduire le temps de latence. C’est-à-dire que le délai entre les manipulations du joueur et les actions affichées à l’écran est très court. La latence convient désormais parfaitement pour le jeu solo et certains titres multijoueurs.  Pour améliorer ce paramètre, il suffit de privilégier une connexion filaire avec un câble Ethernet plutôt que le Wi-Fi.

« Le catalogue de jeux est trop limité »

GeForce Now est une plateforme qui donne accès aux catalogues de jeux de Steam, de l’Epic Game Store et de Uplay. Ainsi, le client de GeForce Now fonctionne de concert avec ces trois plateformes et permet à l’utilisateur de jouer aux jeux déjà présents dans sa bibliothèque, lorsqu’ils sont disponibles sur le service. Vous n’aurez donc pas à racheter les jeux pour en profiter sur GeForce Now. Les soldes Steam et les jeux régulièrement offerts par Uplay ou Epic sont ainsi de bonnes opportunités pour élargir sa bibliothèque de jeux accessibles depuis GeForce Now.

La page d’accueil du client GeForce Now, avec un accès à la bibliothèque personnelle ainsi qu’à tous les jeux.

Même si tous les jeux ne sont pas disponibles sur GeForce Now, Nvidia a tissé plusieurs partenariats avec des éditeurs reconnus. C’est par exemple le cas de :

  • Square Enix (Just Cause, Tomb Raider, Sleeping Dogs, etc.)
  • Ubisoft (The Division, Rainbow Six, Assassin’s Creed, etc.)
  • Projekt RED (The Witcher)
  • 505 Games (Death Stranding, Control, etc.)

Parmi les grosses sorties attendues à la fin de l’année, Nvidia a d’ores et déjà annoncé que Cyberpunk 2077 serait disponible (avec le ray tracing) dès son lancement sur le service de cloud gaming, c’est-à-dire le 19 novembre 2020. Enfin, chaque jeudi, Nvidia a pris l’habitude d’annoncer plusieurs nouveaux jeux compatibles avec GeForce Now. Parmi les derniers en date, on trouve le dernier Trackmania, Desperados III ou encore Far Cry 3 Blood Dragon.

« Le cloud gaming c’est trop cher »

Le service GeForce Now de Nvidia est le plus abordable du secteur du cloud gaming. En effet, vous pouvez en profiter pour 5,49 euros par mois pendant douze mois, soit 65 euros l’année. Avec cet abonnement, vous pouvez jouer de manière illimitée, sans attente et avec le ray tracing activé pour les jeux compatibles.

Sachez également que GeForce Now dispose d’une offre gratuite. Elle permet de faire des sessions d’une heure de jeu en 1080p à 60 images par seconde, sans ray tracing. Pour la version gratuite seulement, l’accès est régulé par une file d’attente avant chaque session. C’est un excellent moyen de découvrir GeForce gratuitement, et de vérifier ainsi la qualité du service avant de passer à l’abonnement.

Partager sur les réseaux sociaux