Nintendo annonce dans un communiqué du 9 juin que le piratage détecté ce printemps sur les comptes de ses clients a en fait été deux fois plus important que ce qui a été annoncé au départ. Mais les choses rentrent dans l'ordre.

L’ampleur du piratage des comptes Nintendo s’avère plus importante que les premières estimations faites en avril. Dans un nouveau bilan partagé le 9 juin, l’entreprise japonaise signale avoir détecté des dizaines de milliers de cas supplémentaires. 140 000 de plus, pour être exact, qui s’ajoutent donc aux 160 000 que le groupe avait mentionnés il y a un mois et demi. Soit un total de 300 000.

Là encore, Nintendo a suivi la procédure standard qui est suivie en cas de piratage : les mots de passe des comptes exposés sont réinitialisés et une communication est adressée à tous les propriétaires afin de leur expliquer ce qu’il s’est passé pour quelle raison il leur faut créer un nouveau mot de passe. Des mesures de sécurité additionnelles sont aussi annoncées, mais dont la nature n’est pas précisée.

Nintendo Switch // Source : Louise Audry pour Numerama

Nintendo rembourse les victimes

L’incident impliquait le numéro d’identification au réseau Nintendo (NNID : Nintendo Network Identification Number), qui permet de se connecter à un compte Nintendo avec ce code. Lorsque l’entreprise japonaise a eu vent de cet accès frauduleux, elle a suspendu cette option. Insuffisant toutefois pour empêcher certaines transactions illégitimes d’avoir lieu.

Il a en effet observé la vulnérabilité a permis d’effectuer quelques dépenses pour acheter de la monnaie virtuelle, notamment sur Fortnite, en profitant des comptes bancaires ou PayPal rliés. Selon les témoignages que nous avions pu avoir alors, les sommes prélevées indûment étaient très variables, allant de quelques dizaines d’euros à plus de deux cents.

Des faits que Nintendo ne conteste pas, mais minimise : parmi les NNID du monde entier qui ont pu souffrir de ces accès frauduleux, moins de 1 % a subi des transactions non autorisées via le compte Nintendo. En outre, précise la compagnie, une procédure de remboursement a été enclenchée pour dédommager les victimes. Procédure qui est toujours en  cours, même si l’affaire est réglée pour la majorité d’entre elles.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo