La startup Heliogen, financée par Bill Gates, annonce avoir fait un grand pas en avant dans sa technologie de panneaux solaires. Ils peuvent stocker jusqu'à 1000 degrés Celsius.

D’ici 2021, l’Europe ne financera plus l’énergie fossile. Le but : financer plutôt le développement durable et les énergies renouvelables. Ces dernières sont considérées comme l’avenir, pour le bien-être de la planète (et donc le nôtre). Le solaire en fait partie, mais pour être vraiment utile, il a besoin de fournir plus d’énergie pour être vraiment efficace– ce qui est encore loin d’être le cas. Dans un communiqué de presse publié ce 19 novembre 2019, l’entreprise Heliogen révèle avoir fait une percée importante dans ce domaine.

La startup californienne Heliogen est financée par Bill Gates, le fondateur de Microsoft. Elle s’est fixée une mission très précise quant à la technologie solaire : permettre à «  tous les secteurs de l’économie » de s’alimenter en énergie propre. Or, si la consommation d’électricité produit de la pollution, c’est aussi et surtout le cas des industries : l’entreprise affirme que le processus industriel, dont le transport, représente 75 % de la demande énergétique. L’industrie du ciment s’élève à elle seule à 7 % des émissions de CO². Heliogen se concentre donc en grande priorité sur l’approvisionnement industriel.

L’installation Heliogen vue du ciel. // Source : Heliogen

Jusqu’à 1 000 degrés Celsius

Le niveau de chaleur est un élément déterminant pour évaluer la capacité énergétique des panneaux solaires. Selon Heliogen, les installations pouvaient jusqu’à maintenant atteindre une température 565 degrés, un niveau bien insuffisant pour des besoins industriels tels que nécessaires pour une manufacture, pour la production de ciment, d’acier, de verre.

L’entreprise annonce une avancée déterminante : elle aurait dépassé le stade des 1 000 degrés. L’impact pourrait être massif, selon elle, car cette technologie est « en mesure de remplacer pour la première fois, par de l’énergie solaire, le combustible qui génère des émissions de gaz à effet de serre provenant de processus industriels ». Grâce à son système de stockage de toute cette chaleur, l’installation solaire d’Heliogen pourrait fonctionner 24h/24. À son stade actuel, la technologie pourrait permettre aux industries de réduire leur consommation d’énergie fossile de 60 %. Mais les créateurs d’Heliogen sont plus ambitieux et indiquent que leurs panneaux pourraient ensuite atteindre 1 500 degrés, jusqu’à, in fine, mener progressivement à une industrie zéro-carbone.

Infographie du processus à l’oeuvre dans l’installation d’Heliogen. // Source : Heliogen

D’un point de vue technique, l’installation d’Heliogen est une « ferme » de dizaines et dizaines de miroirs, qui pointent en direction d’un seul et même point, afin d’un générer une chaleur intense. L’alignement de ces miroirs est piloté par une intelligence artificielle afin d’atteindre un degré de précision jamais atteint. Le type d’algorithme utilisé est une forme innovante de computer vision, ou vision par ordinateur, système par lequel une IA traite, analyse et comprend des images acquises afin de sélectionner ensuite la meilleure action.

Dans le communiqué officiel, Bill Gross, le directeur et fondateur d’Heliogen, estime que la technologie est un «  saut en avant » pour répondre à la demande énergétique industrielle. « Grâce à la production de chaleur industrielle à très haute température et à faible coût, nous avons l’occasion d’apporter une contribution significative pour résoudre la crise climatique. » Il faudra dorénavant passer de la théorie à la pratique, car reste à savoir comment Heliogen va pouvoir vendre aux industries sa technologie afin de la rendre opérationnelle au quotidien.

Partager sur les réseaux sociaux